Communautaire, Société, Tous

Se sucrer le bec à la partie de sucre

L’Association francophone du Labrador (AFL) a ressuscité sa traditionnelle partie de sucre annuelle au club de ski de fond Menihek Nordic à Labrador City, le 24 avril dernier, après une interruption involontaire de deux ans causée par les difficultés organisationnelles liées à la pandémie de Covid-19.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Éric Cyr 

Au total, une quarantaine de convives se sont rassemblés dans le cadre de cet événement culinaire et culturel, un incontournable pour l’organisme communautaire qui l’organise depuis de nombreuses années. Et ce, au grand bonheur bien sûr de ses membres qui viennent profiter de l’occasion pour discuter entre amis et socialiser tout en dégustant un repas traditionnel de cabane à sucre et des produits de l’érable comme de la tire sur la neige. 

Des participants se sucrent le bec à la partie de sucre de l’AFL à Labrador City. Photo: Éric Cyr

La tradition du temps des sucres, un concept de fraternisation qui remonte à l’époque de la colonisation de la Nouvelle-France, dont certains préceptes, notamment la cueillette d’eau d’érable, ont été appris des peuples autochtones, s’est transmise de génération en génération et fait partie du folklore québécois et canadien-français.

Comme les érables ne poussent pas localement, c’est la livraison de sirop recueilli ailleurs dans des érablières qui permet la tenue d’une telle activité au Labrador. Comme le veut la coutume, les employés de l’AFL et des bénévoles ont contribué à assurer le succès de l’opération et la préparation des délicieux mets au menu. Denis Michaud, qui n’a pas perdu la main malgré deux années d’inactivité sucrière, a été le maître d’œuvre de la tire et du beurre d’érable et le cuisinier Richard Plante a concocté une variété de succulentes crêpes dont certaines aux pommes. L’ambiance festive réunissait des participants de tous les âges qui se sont délectés. Ce sont cependant les plus jeunes qui ont été les plus heureux de pouvoir se pourlécher les babines en savourant de la tire d’érable récoltée sur la neige à l’aide d’un bâtonnet de bois malgré le fait que ça colle souvent sur les dents.


Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment