À La Une, Loisirs, Tous, Voyage

Come Home pour explorer la nature de l’Avalon

Alors que la saison estivale du Come Home Year 2022 touche à sa fin, Leisha Toory revient sur ses aventures sur la péninsule d’Avalon. Que vous soyez nouveau dans la région ou que vous cherchiez une raison pour sortir et explorer la nature environnante, voici trois endroits incontournables tout près de la capitale.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Leisha Toory

Lorsque j’étais enfant, après chaque vacance d’été, le premier jour de la rentrée, tous les enseignants fixaient le même sujet de discussion et ils nous posaient tous la même question, comme un mantra: «comment avez-vous passé vos vacances d’été?». Et nous devions tous partager nos activités des vacances d’été avec toute la classe, ce qui était la partie la plus excitante pour moi puisque cela signifiait de revivre, d’une certaine manière, les meilleurs moments de mon été! 

Un pont suspendu gris en nature vue d’en haut.
Le pont suspendu du parc provincial de La Manche. Photo: Erik McLean (Pexels)

Maintenant adulte, mes professeurs à l’université ne me posent plus cette question rituelle lors du premier jour de la session, mais j’ai pensé que partager les trois meilleurs endroits que j’ai visités à Terre-Neuve cet été serait agréable pour toute personne souhaitant explorer ou bien apprendre à connaître cette belle province. Après tout, il nous reste quelques semaines avant d’entrer réellement dans la saison d’automne, alors pourquoi ne pas profiter au maximum des jours d’été restants en visitant ces endroits qui mettent à l’honneur la flore et  la faune de la province, ainsi que ses produits locaux?

Randonnée à La Manche

Le premier temps fort de mon été a été une randonnée dans le magnifique parc provincial de La Manche situé à Tors Cove. Ce sentier à travers la forêt boréale vous mène à un pont suspendu de 50 mètres traversant une rivière qu’on peut voir se précipiter dans la mer. 

De l’autre côté se trouve le village abandonné de La Manche où vous pourrez vous promener parmi les fondations des maisons et des dépendances depuis longtemps laissées pour compte. Ces ruines sont nichées dans un parc avec une faune merveilleuse, des étangs paisibles et de belles cascades. Comme si la nature avait repris ses droits sur ces lieux autrefois habités.

Si vous aimez marcher dans les bois, faire du canoë, serpenter dans les ruisseaux ou nager, vous pouvez passer un bon séjour ici. Ce parc est un paradis pour les ornithologues, car plus de 50 espèces d’oiseaux ont été identifiées dans ce parc. Personnellement, ce fut une expérience incroyable de pleine conscience pour se connecter à la nature et admirer sa beauté sauvage – un moment paisible venant interrompre nos routines trépidantes de travail et d’études.

Une journée à la ferme

La deuxième recommandation est le merveilleux marché de Lester’s Farm – une ferme familiale qui se concentre sur la production agricole et l’agrotourisme située sur Brookfield Road à St. John’s. Ma partie préférée était la cueillette de fraises! Nous avons été transportés dans les champs de fraises dans un chariot conduit par un tracteur, et nous avons pu cueillir à la main les fraises les plus juteuses et les plus sucrées qu’il soit. De retour au marché, il y avait des lamas, des poneys, des émeus, des vaches, des lapins et des chèvres qu’on pouvait caresser et nous avons terminé la journée avec une dégustation de crème glacée! C’était une belle façon de soutenir nos producteurs, de manger local, au rythme saisonnier de ce que peut nous offrir la terre, de profiter du plein air, de caresser les animaux et de savourer une beauté cette fois-ci rustique.  

Un oiseau gris, blanc et noir se tient sur une branche d’arbre.
Le mésangeai du Canada est l'une des nombreuses créatures que vous pouvez rencontrer au parc-nature Salmonier. Photo: Becky Matsubara (Flickr)
Trois fraises rouges sur une plante verte.
Située au 173 Brookfield Road, Lester's Farm propose la cueillette de fraises pendant l'été, et en automne un aventure dans son labyrinthe de maïs. Photo: Oliver Hale (Unsplash)

Amis à poils et à plumes de Salmonier

Le troisième point fort est l’époustouflant parc-nature Salmonier – un centre d’éducation environnementale, de réhabilitation de la faune, de recherche et de surveillance environnementale, situé à Holyrood. Une visite là-bas est une autre occasion de vous connecter à la nature sauvage et à la faune. 

Au parc, l’accent est mis sur la qualité et non sur la quantité. À moins qu’un animal puisse être bien présenté, il n’est pas présenté du tout. La plupart des animaux d’exposition arrivent au parc blessés et ne peuvent ainsi pas être relâchés. En raison des expositions naturalistes et de la nécessité d’équilibrer les besoins de l’animal et le désir des gens de les voir, le parc ne garantit pas que les animaux seront toujours visibles. La plupart des visiteurs voient environ 80% des animaux au cours d’une visite. Quand ils ne se cachaient pas, c’était vraiment magnifique de voir entre autres le renard arctique, le caribou, le pygargue à tête blanche et les hiboux. 

Une visite au parc est un doux rappel de la façon dont nous ne sommes qu’une partie d’un système naturel complexe et interdépendant. C’est une possibilité unique de voir la faune de Terre-Neuve-et-Labrador face à face dans son environnement naturel et de vous sentir comme faisant partie intégrante de cet environnement!

Oyez, oyez, les voyageurs gaboteurs!

Baies, plages, tourbières et montagnes: Terre-Neuve-et-Labrador abrite une nature très spéciale. Vous connaissez un lieu insolite dans votre coin de la province qui mérite d’être mis en valeur dans les pages du Gaboteur? Un sentier de randonnée avec vue sur l’océan, un mystérieux cercle féerique dans les bois, votre endroit préféré pour faire un feu de joie, ou tout autre lieu insolite, nous voulons le découvrir! 

Montez à bord du Gaboteur et faites voyager ses lecteurs en envoyant à l’équipage des photos de votre coin de paradis à [email protected]! (CB)

Articles récents dans: Voyage

Comment faire face à ces inquiétudes? 

Où en sommes-nous avec l’application des lois linguistiques à Terre-Neuve-et-Labrador? L’obligation est différente selon le contexte. Dépendant de la source, il y a différentes lois. Si on parle d’une société d’État ou d’une agence fédérale, les deux sont assujetties à la Loi sur les langues officielles. Autrement, la loi ne s’applique pas.

Lire la suite »

De nos archives: En croisade pour faire respecter ses droits

Fervent adepte de la langue française, Michel Thibodeau a passé une partie de son enfance et de son adolescence dans la défunte ville de Gagnon dans le Nord-du-Québec et à Labrador City où il était déjà impliqué au sein de l’Association francophone du Labrador. Ce dernier est devenu par la force des choses un champion en matière de respect des droits linguistiques au pays.

Lire la suite »

Se perdre dans l’interprétation

Êtes-vous déjà tombés sur un panneau en français qui a provoqué un sourcil levé? Ou bien une communication mal traduite lors de vos voyages dans la province? Si oui, sachez que la province est sur le point de les aborder. 

Lire la suite »

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment