Lettres ouvertes, Opinions, Tous

Notre petit bout de terre

De Montréal à la côte sud rurale de la péninsule d’Avalon, Dominic Ashby réfléchit à la Journée de la Terre et nous parle de son récent déménagement pour vivre plus près de la nature avec sa jeune famille.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dominic Ashby

La Journée de la Terre, que représente-t-elle? Qu’est ce qui nous pousse, en tant que société, à célébrer ce cadeau ultime que nous prenons si souvent pour acquis? Selon moi, elle représente un concept bien simple: le changement. Mais aussi, elle représente ma peur. J’ai toujours eu cette idée que je devais me conformer aux mouvements linéaires sociétaux, constamment rattrapé par une réalisation: la terre tourne peut-être trop rapidement pour moi. 

Dominic Ashby est chef cuisinier de métier, spécialisé dans la cuisine française. Originaire du Québec, il vit actuellement à Burnt Cove avec sa femme et ses deux (bientôt trois) enfants. Photo: Courtoisie Dominic Ashby

J’ai vécu ma vie entière dans une métropole à la fine pointe de la technologie, une ville en constante évolution; une ville qui ne dort jamais. Une géante structure de béton et de ciment enveloppant ce qui fut autrefois champs et forêts s’étendant à perte de vue. Ce n’était pas pour moi. C’est donc en quête d’aventures et de réponses à mes questionnements que je quitte ma ville natale vers de nouveaux horizons.

Destination: nature

C’est à la suite d’un long voyage, traversant provinces et océan, que je posai pied à Terre-Neuve, plus précisément dans la petite communauté de Burnt Cove. Après quelques semaines à côtoyer ses habitants et à découvrir leurs modes de vie si différents du mien, ça m’a frappé: c’est exactement ce que je cherche. 

J’ai enfin compris ce que signifiait l’expression «être indépendant». Les gens ici n’attendent pas que la vie les rattrape, ils font leur propre bout de chemin. Terre non cultivable? Pas de problème! Entamons la construction d’une serre. Pas de viande de choix dans les épiceries? Chassons et pêchons ce que la nature nous offre si généreusement. Étant cuisinier de métier, je comptais bien cultiver ce concept, littéralement. 

C’est donc avec un soupçon de technologie, une bonne dose de science et une cuillerée de savoir que j’approche le sujet. Du cannage à la fumaison, du salage à la fermentation, des tonnes de méthodes de conservation nous sont offertes tout naturellement par des principes de bases qui sont d’une simplicité rudimentaire. Pas besoin d’agents chimiques de conservation ou d’engrais artificiels, seulement d’une idée clé: utiliser sainement ce qui nous entourent. 

Le changement fait peur. J’aurais préféré avoir cette réalisation, prendre cette initiative il y a de ça bien longtemps. Cette peur m’habite-t-elle toujours? Bien sûr. Par contre, qu’on ne me méprenne pas, l’évolution liée à l’avancement de la technologie a ses bienfaits. Elle nous permet de vivre mieux et plus longtemps, elle nous permet de communiquer et d’échanger nos idées, nos découvertes et ça, simultanément, aux quatre coins de la terre. 

Un cadeau à conserver

En tant que père de famille, je veux transmettre mon savoir et mon expérience à mes enfants, à la nouvelle génération de Terre-Neuviens. Il faut garder en tête que notre planète nous donne de ses ressources, et ce, sans jamais rien exiger en retour. Elle nous offre sa terre riche et fertile qui n’attend qu’à être transformée, son sol pour y faire pousser fruits et légumes en abondance, son bois pour en construire nos maisons et y trouver confort durant nos hivers ardus. 

C’est donc à nous, en tant que société, de prendre l’initiative de conserver ce cadeau et de ne pas l’exploiter. Une banale action quotidienne qui, si réalisée de façon collective, peut nous mener bien loin. 

Prenons en exemple le nom qui fut donné à notre province, donnons chance à cette «terre nouvelle». Faisons de cette date une journée mémorable en la soulignant non rien qu’une fois par année, mais à chaque jour de nos vies.

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment