Lettres ouvertes, Opinions, Tous

Petits plats réconfortants pour accueillir la nouvelle année

Le nouvel an débute avec des nouvelles inquiétantes quant à la vitesse fulgurante à laquelle le variant Omicron se répand à travers le monde. À cette nouvelle vague contagieuse s’ajoute le retour de certaines mesures sanitaires; notamment le retour de l’éducation en ligne. Beaucoup craignent que l’hiver apporte une explosion du nombre de cas de COVID-19.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Leisha Toory

Lettre ouverte

J’ai appris une leçon particulière avec cette pandémie: des changements viendront et ils apporteront sans doute quelques défis. Bien que nous puissions nous sentir vulnérables et souhaiter que les choses redeviennent comme avant, il faut savoir encaisser les coups. «Résilience» est le maître-mot, la première année de la pandémie m’a poussée à prendre la décision d’adopter une attitude plus positive pour pouvoir m’investir pleinement dans ma vie sociale, mes activités scolaires et mes engagements de bénévolat…tout au long de l’année

Toutefois, essayer de tirer constamment le meilleur parti de cette période extraordinaire peut devenir difficile.

Cela fait deux ans que j’habite à St. John’s. J’ai choisi de ne pas visiter ma famille à l’île Maurice pour non seulement me protéger contre la COVID et ses variants, mais aussi pour éviter la transmission du virus à ma famille et d’autres personnes au cas où je serais moi-même porteuse du virus. Bien que je me sente reconnaissante et que je sois privilégiée de pouvoir rejoindre ma famille par appel vidéo, c’est malgré tout un peu triste de ne pas avoir pu fêter l’arrivée du nouvel an et rester éveillée jusqu’à minuit le soir du 31 décembre avec ma famille. 

Mais contrairement à la Saint-Sylvestre de l’an dernier, ce réveillon-ci, j’ai décidé de faire quelque chose de simple mais spécial qui aura saupoudré de la gaieté pendant le réveillon pour que je puisse accueillir la nouvelle année avec de la positivité malgré cette pandémie. J’ai décidé de recréer le repas traditionnel que ma mère prépare chaque année pour la fête du «Makar Sankranti» à la maison. Cette fête hindoue est célébrée avec dévotion et ferveur à l’île Maurice où des prières sont consacrées au dieu Soleil Surya. Cette fête marque le début de l’année solaire.  

Un plat de ris jaune, avec des légumes vert sur un côté et rouge au milieu.
Recette du «khichdi»: Il suffit d’abord de faire chauffer un peu d’huile pour faire revenir des oignons finement émincés, des carottes coupées en rondelles, des petits pois et les épices. Ensuite, ajoutez le riz, les lentilles et remuez le mélange. Versez maintenant de l’eau jusqu’à ce que tous les ingrédients soient couverts d’eau. Pour atteindre la consistance d’une soupe, ajoutez un peu plus d’eau. Une fois à ébullition, laisser cuire à feu doux et à couvert, en remuant de temps en temps. Photo: Courtoisie Leisha Toory

En ce jour festif, après avoir adressé nos prières au Dieu du soleil, nous dégustons le plat traditionnel du «khichdi» qui est un repas très simple, composé de lentilles, de riz et d’épices, qui réchauffe mon âme. Ma mère personnalise ce plat avec un chutney de coco fait maison qui est une spécialité typiquement mauricienne et une étouffée de brèdes. Personnellement, ce petit plat me permet d’apprécier à quel point la culture nous permet de mieux vivre les situations difficiles de nos vies. Le «khichdi» dont je vous parle me nourrit, mais il me transporte surtout ailleurs et me permet de revivre ces moments précieux de ma jeunesse.

Le «khichdi» est certainement ma comfort food préféré alors que chaque cuillerée savourée me fait revivre les souvenirs d’enfance et des moments passés en famille. Et c’est avec cette joie nostalgique que j’accueille la nouvelle année. Parfois, tout ce dont l’âme a besoin pour se recharger est une portion de réconfort et d’émotion servis à même l’assiette! De plus, partager cette culture avec la communauté francophone d’ici équivaut à célébrer la beauté de la diversité de la francophonie. Sur ce, meilleurs vœux pour cette nouvelle année!  


Leisha Toory est étudiante en sciences politiques et au programme de langue française pour les francophones (département des langues modernes, de littératures et cultures) à l’Université Memorial. Mauricienne qui a grandi à Dublin, en Irlande, Leisha Toory habite aujourd’hui à St. John’s.

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment