À La Une, Loisirs, Tous, Voyage

Je peux emprunter ta voiture?

Un nouveau service de location de voiture arrive à Terre-Neuve-et-Labrador! Le 26 avril dernier, l’entreprise Turo annonçait qu’un nouveau partenariat débutait avec la province ainsi qu’avec Hospitality NL à partir du 17 mai prochain. Dans son communiqué de presse, l’entreprise affirme carburer «dans le but partagé d’avoir une saison touristique couronnée de succès, en plus de soutenir les communautés locales et les nouveaux visiteurs» qui viendront ici cet été dans le cadre du Come Home Year. 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

David Beauchamp

IJL – Réseau.Presse – Le Gaboteur

Une pénurie de voitures de location sévit présentement à Terre-Neuve-et-Labrador pour cet été. Vice-président de la plateforme d’autopartage de véhicules automobiles, Turo, et à la tête de son réseau canadien, Cédric Mathieu nous explique les bénéfices de recourir à cette application et comment cette dernière est plus adaptée aux réalités du tourisme aujourd’hui.

Une personne se penche la tête par la fenêtre du passager d'une voiture noire. Elle a de longs cheveux bruns et porte des lunettes de soleil. Le reste de l'image est flou. La voiture roule sur une route forestière et les feuilles vertes des arbres cachent le ciel.
Dès le 17 mai, vous pourrez vous inscrire sur l’application Turo en tant que propriétaire de voitures ou locataire. Pour en apprendre plus sur Turo, pour devenir hôte ou bien réserver une voiture lors de votre prochain voyage, visitez le site Web suivant: https://turo.com/ca/fr Photo: William Bout (Unsplash)

AirBnB, mais pour voitures

Pour Cédric Mathieu, la simplicité et la diversité sont deux des forces de Turo. Il explique la simplicité de l’application par le peu d’étapes à suivre pour avoir accès au service. «Les propriétaires vont sur l’application et peuvent inscrire leur voiture sur la plateforme en indiquant tous les détails en lien avec elle. Les profils du locataire et du propriétaire sont aussi analysés à des fins de sécurité pour s’assurer que les permis de conduire soient valides. Dès lors, tout le monde peut se lancer sur la plateforme et prêter ou louer une voiture», explique Mathieu. 

Il compare ce processus à celui d’AirBnB puisque les propriétaires de maisons, comme ceux des voitures sur Turo, n’ont qu’à s’inscrire et ajouter leurs domiciles sur l’application et gérer les paiements et les réservations en fonction de leurs besoins.

Au niveau de la diversité, en plus du choix de location de véhicules au goût du consommateur (qui peut aller de la Dodge Grand Caravan à la Ferrari en fonction des disponibilités), ce dernier est capable de personnaliser son expérience en fonction de ses besoins et préférences. «L’autre chose est l’aspect pratique de l’application: on peut faire livrer la voiture directement à notre hôtel ou logement par le propriétaire si on le souhaite», souligne-t-il. 

Le vice-président de Turo est aussi d’avis qu’il y a une sous-utilisation des automobiles au Canada. «L’idée est de faire une meilleure utilisation des voitures au pays. 95% des voitures sont peu ou pas utilisées; c’est un gâchis de ressources et on veut permettre une meilleure utilisation globale», spécifie Cédric Mathieu.

En toute assurance

Bien que Turo favorise la la circulation des véhicules au Canada, plusieurs se sentent mal à l’aise à l’idée de prêter leur voiture à un étranger et sont confus quant à savoir comment fonctionne les assurances en cas d’accident. Cédric Mathieu se veut rassurant: «Notre travail chez Turo est de rendre confortables les gens à l’idée de louer ou prêter leur voiture. […] Turo est assuré par Economical Insurance et les assurances couvrent jusqu’à 2 millions de dollars. Donc la voiture est couverte pendant toute la réservation, et ce du moment où les clés passent de mains en mains», explique-t-il. Il renchérit et spécifie que ce n’est pas l’assurance du propriétaire qui est contacté lors de réclamations en cas d’incident, mais bien l’assureur de Turo.

À temps pour l’été

Le vice-président de Turo est d’avis que la pandémie a modifié le paysage de la location d’automobiles dans le monde. «Avec la pandémie, on a constaté que les marchés traditionnels de location de voiture sont dépassés et on a vu qu’il y avait une belle opportunité pour les voyageurs d’accéder à une offre de voitures plus large en plus d’offrir une marge économique intéressante pour les locaux qui veulent prêter leurs voitures», indique Cédric Mathieu. Il complète en précisant que le moment était propice de venir à Terre-Neuve-et-Labrador puisque le tourisme s’annonce fort cette année.

Il ajoute que Turo fait extrêmement bien au pays depuis son démarrage en Ontario en 2016. «On a commencé au Canada en 2016 et en 2019, on s’est étendu en Nouvelle-Écosse suivie de la Colombie-Britannique en 2020. On a déjà rassemblé 56000 voitures et […] on a atteint une échelle intéressante qui nous permet de lancer la plateforme à Terre-Neuve-et-Labrador et à l’Île-du-Prince-Édouard à partir de cette année», explique Mathieu sur le succès canadien de l’entreprise.

Cédric Mathieu croit que ceux qui mettront leur voiture à disposition sur l’application pourront ainsi bénéficier financièrement du tourisme. «L’année dernière, nous avons calculé que la moyenne de gains financiers mensuels était de 498$. Nous avons vérifié les chiffres pour Calgary et Vancouver qui étaient des destinations touristiques prisées par les Canadiens et la moyenne de rentabilité était de 1100$ par mois pour un propriétaire de véhicule inscrit sur notre plateforme!»

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment