À La Une, Éducation, Société, Tous

Encore des postes à pourvoir au CSFP

Un mois après le début de l’année scolaire, de nombreux postes sont encore à pourvoir dans les écoles francophones, ainsi qu’au siège du Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve-et-Labrador (CSFP).
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Cody Broderick

IJL – Réseau.Presse – Le Gaboteur

Sur le site web du CSFP au moment d’écrire ces lignes, il y a 13 postes ouverts dans les écoles francophones et au bureau administratif, dont 8 postes d’enseignants. Pour Peter Smith, directeur général adjoint et directeur général par intérim, «le manque se fait sentir».

«Depuis 24 ans [que le conseil scolaire fonctionne], c’est le plus difficile que j’aie jamais vu,» ajoute-il, citant le climat infâme et l’isolement de la province comme des défis pour recruter et retenir des enseignants, ainsi qu’un manque de support administratif au siège social.

Au bureau administratif du CSFP, il y a 3 postes à pourvoir: agent.e en construction identitaire, gestionnaire des ressources humaines et gestionnaire des communications, du marketing et de l’administration. 

Ce dernier poste était précédemment occupé par Daniel Taïeb, qui a terminé son dernier jour au CSFP le 2 septembre dernier pour poursuivre de nouvelles aventures. Son départ a été «une grosse perte» pour le conseil scolaire, admet monsieur Smith. 

Des stratégies mises en place 

«Une bonne nouvelle,» déclare-t-il, est qu’une nouvelle directrice générale de l’éducation (DGÉ) prend ses fonctions à partir du 3 octobre. Le directeur par intérim pourra alors retirer l’un des multiples chapeaux portés depuis mars dernier pour assurer le bon fonctionnement du conseil scolaire après le départ de l’ancienne DGÉ, Kim Christianson. 

Avec l’arrivée de la nouvelle DGÉ, Selena Mell, et la mise en place des initiatives pour facilité le recrutement, le CSFP sera mieux disposé à faire face à ce défi de trouver des enseignants dans un contexte de pénurie de candidat.es.

Si, selon monsieur Smith, il est relativement facile de recruter des employés pour des postes dans la capitale, les écoles des régions rurales ont plus de difficultés. Sur la péninsule de Port-au-Port, il y a 4 postes ouverts dans les deux écoles, dont un aide-élève à l’École Notre Dame du Cap. L’École ENVOL de Labrador City est également à la recherche d’un aide-enseignant, ainsi que de 2 enseignants. À Happy Valley-Goose Bay, l’École Boréal cherche aussi à combler 2 postes d’enseignants.

Les enseignants travaillant dans le Big Land ont déjà droit à une allocation supplémentaire de 3000$ à 6000$ toutes les deux semaines et une contribution financière pour leur déplacement. Avec une crise du logement qui pèse actuellement dans l’Ouest du Labrador, le CSFP a aussi récemment établi un accord avec une famille francophone de la région pour louer des propriétés au personnel enseignant. «C’est une grande valeur pour nous,» se réjouit monsieur Smith.

Selon le directeur par intérim, le CSFP «n’aura pas de choix» d’implémenter un partenariat semblable à la côte ouest de l’île avec une telle pénurie d’enseignants dans la région. Il a toutefois plus d’espoir pour la disponibilité de logements à St. John’s, où le CSFP «n’avait pas de problème» même si le recrutement a pris un peu plus de temps que d’habitude cette année. Aucune initiative n’a encore été mise en place pour recruter des enseignants du primaire pour l’École Rocher du Nord, qui deviendra une école M à 12 en septembre 2023.

Si deux anciens stagiaires de l’Université Memorial ont été recrutés comme enseignants cette année, le CSFP reçoit également un coup de main de l’organisme francophone d’employabilité et d’immigration, Horizon-TNL. À partir de leur base de données constituée grâce aux salons de l’emploi qu’ils ont tenus au fil du temps, ici et à l’international, Horizon-TNL partage les profils de recrues potentielles avec le conseil scolaire. Jusqu’à maintenant, il y a une vingtaine de personnes sur la liste issue de cette collaboration.

Pour ceux qui postulent de l’international, monsieur Smith explique que l’embauche des immigrants devient plus facile au niveau administratif. Le 20 septembre dernier, le ministre fédéral de l’Immigration, Sean Fraser, a même présenté une nouvelle stratégie visant à accroître les transitions vers la résidence permanente. 

Entre-temps, les écoles francophones comptent sur des enseignants retraités pour combler le vide.

La recherche d’enseignants pour les écoles francophones continue au cours de l’automne partout au Canada. À Terre-Neuve-et-Labrador, le gouvernement investit pour résoudre ce problème. En avril dernier, en présentant son budget 2022-23, le gouvernement provincial a annoncé une allocation de 750 000$ au CSFP pour l’aider dans ses efforts de recrutement.

À lire aussi: 

Enseigner le français pendant une crise du logement: zoom sur l’ouest du Labrador

La crise du logement se fait sentir dans toute la province, et plus particulièrement à l’ouest du Labrador, où les mines de fer attirent un afflux de travailleurs venus de partout. Si se loger peut être mission impossible pour certains dans la région, l’apprentissage de la langue française risque aussi d’être en danger. Comment la crise sera-t-elle gérée en 2023?

Lire la suite »

Une rafale d’opinions autour du projet éolien

L’énergie verte devenant de plus en plus populaire, il semble assez évident que la construction des éoliennes soit une solution simple pour lutter contre le réchauffement climatique. La construction d’un parc éolien pourrait commencer en 2023 sur la péninsule de Port-au-Port mais la transition verte n’est pas si évidente pour ses résidents.

Lire la suite »
Une photo d'un groupe de presque vint personnes debout dans une salle de classe.

Bilan et perspectives des parents francos

La Fédération des parents francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FPFTNL) a tenu son assemblée générale annuelle le 10 décembre dernier, accueillant une vingtaine de parents des quatre coins de la province dans ses locaux à St. John’s. Malgré une année riche en projets divers, les parents cherchent toujours à se faire entendre.

Lire la suite »

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment