Éducation, Société, Tous

Une formation en français pour mieux s’occuper des tout-petits

Depuis le 19 janvier, à raison d’une fois par semaine, le mercredi soir, la Fédération des parents francophones de Terre-Neuve-Labrador (FPFTNL) propose une formation virtuelle de 10 semaines pour celles et ceux qui souhaitent travailler en français auprès des 0-5 ans, que ce soit en garderie, en prématernelle ou après l’école.  Une formation qui arrive au moment où les demandes des parents francophones sont en croissance.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

André Magny

IJL – Réseau.Presse – Le Gaboteur

Consultante auprès de la FPFTNL, Jacinthe Lemire espère que la formation donnée en petite enfance par la Fédération pourrait éventuellement être accréditée par un collège. Photo: Courtoisie Jacinthe Lemire

Plus d’une centaine d’enfants ont besoin d’éducatrices ou d’éducateurs francophones à Terre-Neuve-et-Labrador (TNL) au sein des services offerts par la FPFTNL. Qui plus est, «88 places sont en attente» précise Jacinthe Lemire, gestionnaire de projet et contractuelle auprès de la Fédération pour la mise sur pied de cette formation.

Basée à l’Île-du-Prince-Édouard, la consultante explique qu’une première cohorte a vu le jour à l’automne de 2021 avec 14 participantes. Cet essai pilote a permis d’apporter quelques ajustements pour la cohorte de janvier. Au moment de la rencontre avec Jacinthe Lemire, une douzaine de personnes étaient inscrites dont trois hommes. «C’est important pour les enfants d’avoir des modèles masculins», mentionne celle qui travaille depuis plusieurs années dans les milieux minoritaires francophones. 

L’objectif de ce nouveau cours est d’abord et avant tout de donner une formation de base en français à celles et ceux œuvrant dans les milieux de la petite enfance. Le cours s’adresse également aux personnes qui font de la suppléance au primaire et au secondaire.

En amont de cette formation, une traduction en français d’un cours d’orientation – obligatoire dans la province –, permettant de mieux connaître les lois et règlements régissant la petite enfance à TNL, avait d’abord été proposée par la FPFTNL. Par la suite, «la formation en petite enfance a été créée de toutes pièces», explique Mme Lemire. «Six modules ont donc vu le jour et ont été offerts l’automne dernier de manière bénévole par des ergothérapeutes, des orthophonistes, des psychologues. La moitié des participantes étaient basées à l’extérieur de [St. John’s]», précise la consultante.

«Notre principal bailleur de fonds, souligne de plus Jacinthe Lemire, est l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC), qui a fourni 200 000$.»

Le taux de roulement dans le monde de la petite enfance étant assez élevé à Terre-Neuve-et-Labrador, les personnes inscrites ne devraient pas avoir de difficultés à trouver du travail, une fois munies de l’accréditation provenant de la FPFTNL.

Janice Gallant animera les 10 séances du cours sur la petite enfance de la FPFTNL. Photo: Courtoisie Janice Gallant.

Une formation attendue

Le travail a amené Annie Lavoie et son conjoint à s’installer à Wabush, il y a trois ans. La Québécoise a travaillé dans le monde de la petite enfance quand elle était à Malartic, dans son Abitibi natale. Elle est enthousiaste à l’égard de la formation. «Ça va m’outiller encore plus au niveau de la psychologie de l’enfant et ça va permettre aux jeunes enfants francophones de mieux s’épanouir», mentionne celle qui est une deuxième fois maman depuis trois semaines.

Ravie de voir que la formation est gratuite, elle est convaincue que celle-ci devrait lui ouvrir des portes. «Et si je n’ai pas d’emploi, je vais ouvrir ma garderie», raconte celle qui a déjà réfléchi à un plan B. La naissance de sa petite dernière lui a fait prendre conscience que les places en garderie sont rares au Labrador. «À Wabush, il faut attendre jusqu’à 3 ans pour une place pour notre enfant. Et c’est encore plus long quand on est francophone», constate Annie Lavoie. 

Une animatrice acadienne 

La FPFTNL et Jacinthe Lemire ont confié l’animation des cours à Janice Gallant, enseignante en éducation de la petite enfance au Collège de l’Île à l’Île-du-Prince-Édouard. Installée à Montréal depuis plus de 25 ans, spécialiste du travail dans les centres de la petite enfance (CPE) et expérimentée en ce qui concerne le travail en contexte francophone minoritaire, Janice Gallant explique que la formation demande aux étudiants de se brancher, non seulement pendant deux heures le mercredi soir, mais également de compléter leur réflexion par diverses lectures de ressources qu’ils trouveront dans Internet.

En cours de route, un projet collaboratif viendra se greffer à ces rencontres, alors que les participants devront trouver des activités destinées aux enfants, en lien notamment avec l’aspect langagier. «À la fin, ils et elles vont donc partir avec une ressource en poche», précise l’enseignante acadienne. Deux examens viennent compléter l’évaluation.

Les dix modules qui sont soumis aux inscrits concernent divers aspects du travail en petite enfance, que ce soit, notamment, l’histoire de la francophonie à Terre-Neuve-et-Labrador, le rôle professionnel des éducatrices, l’éthique quand on travaille avec des enfants ou encore le développement du langage et la construction identitaire. Loin de penser qu’elle a toute la science infuse, Janice Gallant ne craint pas de s’entourer à l’occasion de spécialistes, qui viennent partager leurs connaissances dans tel ou tel domaine. Toujours passionnée par le monde des enfants, Janice Gallant est d’avis que la formation de la FPFTNL devrait aussi permettre aux participants de tisser des liens entre eux et de former ainsi un réseau d’intervenants spécialisés dans la petite enfance.

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment