Autochtone, Société, Tous

L’inuktitut deviendra-t-elle une langue officielle?

Au moment d’écrire ces lignes, Aluki Kotierk, qui est aussi présidente de Nunavut Tunngavik Incorporated, fait partie d’un groupe de travail des Nations unies qui réfléchit à la préservation des langues autochtones. Dans ses démarches personnelles auprès de l’instance, la dame inuk demande que sa langue, soit celle des Inuits, soit désormais l’égal linguistique du français et de l’anglais au Canada.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

IJL – La Voix des Premières Nations

Aluki Kotierk, la représentante inuk issue d’un groupe de travail des Nations unies sur les langues autochtones, s’active pour que l’inuktitut devienne une langue officielle au Canada. Photo: Facebook Aluki Kotierk

Précisions sur le groupe

Pour le définir, le Groupe de travail est mondial et la thématique actuelle met le focus sur ce qui peut être fait pour défendre les langues autochtones. De plus, il demande que le Canada soit un symbole en acceptant que l’inuktitut devienne une langue nationale officielle. Ce groupe de l’UNESCO a aussi pour mission de faire revivre et de protéger les langues autochtones du monde entier. Au sein de ce comité dont le mandat prendra fin en 2032, on y trouve Aluki Kotierk, Clara Morin Dal Col, qui est une représentante métisse, et Richard Ejinagosi Kistabish qui représente les peuples de l’Amérique du Nord. Ensemble, les trois intervenants autochtones travaillent à ce que des mesures soient enclenchées afin que les langues autochtones soient préservées, parlées et enseignées dans les écoles du Canada.

«Si le Canada acceptait cette requête, cela signifierait que des ressources adéquates seraient allouées pour soutenir la langue. Aussi, les enfants inuits ont le droit de recevoir une éducation dans leur propre langue.»

Aluki Kotierk, lors d’une entrevue avec ICI Grand Nord

D’autres demandes

Dans leurs actions, les trois demandeurs précisent des points importants. Ainsi, avec l’objectif  de protéger les droits et les intérêts des Inuits du Nunavut, Aluki Kotierk estime que l’éducation et d’autres services comme la santé devraient être offerts dans la langue inuit. Il est important de préciser que quelque 70 % des habitants du Nunavut parlent l’inuktitut. Cette importante statistique confirme que la langue pourrait devenir l’une des trois langues officielles sur le grand territoire qu’est le Canada. Aussi, la langue d’enseignement des territoires de nord pourrait être l’inuktitut au lieu de l’anglais.

«Le gouvernement fédéral planifie des initiatives afin de promouvoir et revitaliser les langues autochtones, et pour sensibiliser le public à leur perte critique.»

Un porte-parole du ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, lors d’une entrevue avec ICI Grand Nord

La langue inuktitut au Canada

Selon Statistique Canada, avec 42 065 locuteurs au pays, les langues inuites constituent la famille linguistique autochtone comportant le deuxième nombre en importance, si on considère le nombre de locuteurs. Quant à l’inuktitut, elle est, et de loin, la langue la plus fréquemment déclarée dans cette famille linguistique et elle compte 39 770 locuteurs qui vivent majoritairement au Nunavut et au Québec.


À lire aussi:

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment