À La Une, Communautaire, Société, Tous

Les lauréats des prix provinciaux du CPF-NL

Canadian Parents for French Newfoundland and Labrador (CPF-NL) a réuni ses membres, des représentants du gouvernement et des invités de marque le 30 novembre 2022 au Government House sur Military Road pour remettre leurs prix provinciaux.

Liz Fagan

IJL – Réseau.Presse – Le Gaboteur

Le soleil hivernal pose le décor pour la remise des prix de la filiale provinciale de l’organisme provincial Canadian Parents for French, qui souligne l’importance de l’enseignement de la langue française. 

Parmi les personnes distinguées ce soir-là figuraient des bénévoles et des personnes engagées dans l’enseignement et l’apprentissage du français. Accueillis par la juge Lois Hoegg à la place de la lieutenante-gouverneure Judy Foot, la ministre responsable des Affaires francophones, Sarah Stoodley, était également présente pour féliciter les militants de la francophonie.

Le maître de cérémonie et vice-président du CPF-NL, Laun Shoemaker, explique l’impact positif de la langue française dans la province. En soulignant l’importance du bilinguisme au Canada, il affirme la vitalité de la langue française ici, qu’il appelle «une manifestation physique d’un peuple et leur culture».

Un groupe de huit personnes en deux rangées, les personnes en avant sont assises et celles de derrière sont debout.
Les cinq prix sont décernés à la division du Canadian Parents for French à Marystown, Elizabeth Arès, Isabelle Burry, Rebecca Hiscock, et Sean Kennedy. Photo: William Henault (courtoisie)

Les personnes récompensées

Le prix du bénévole de l’année a été attribué, non pas à un individu, mais à un groupe entier: la division régionale de Canadian Parents for French à Marystown. Ce groupe comprend Anne Senior, Beverly Legge, Darrell Jackman, Heidi Bradbury, Mary Willmott et Theresa Martin.  Reconnus notamment pour leur dévouement au programme du camp d’été francophone, le groupe organise plusieurs événements en français sur la péninsule de Burin. Le groupe a également réussi dans sa campagne visant à maintenir le programme d’immersion française pour les élèves de maternelle à l’École Sacred Heart Academy. Au nom du groupe, Anne Senior accepte le prix.

Elizabeth Arès est nommée administratrice de l’année. Surtout connue pour son travail à l’École St. Paul’s Junior High de St. John’s, elle était auparavant chef du département de français à l’École Leary’s Brook Junior High depuis plusieurs années et assiste souvent à des conférences à travers le pays pour aider au développement du curriculum. L’administratrice mène aussi un club de lecture, The French Club, qui réunit un groupe d’élèves en dehors de l’école. Elle a également mis en œuvre un programme pour accueillir des moniteurs et monitrices de langue, et collabore souvent avec Sharing Our Cultures, invitant des discussions sur la diversité et l’inclusion. 

La distinction d’étudiante de l’année a été attribuée à Isabelle Burry, qui étudie en française depuis la maternelle. Avec la note moyenne de 99%, elle est couramment bilingue et a même réussi le diplôme d’études en langue française (DELF). La jeune participe chaque année au concours oratoire ainsi qu’au Club de Samedi, organisé par l’Association communautaire francophone de Saint-Jean. Elle travaille actuellement comme assistante de recherche pour la faculté de médecine à l’Université Memorial. Monsieur Shoemaker affirme qu’en tant que personne compétente et bilingue, ses contributions sont un atout pour le domaine de la médecine dans la province.

Connue pour son amour pour la langue française, Rebecca Hiscock remporte le prix d’enseignante de l’année. Se servant régulièrement des ressources authentiques dans sa salle de classe, elle invite fréquemment des conférenciers francophones et organise des excursions dans des milieux francophones. L’enseignante a également initié un programme de théâtre en français et anime une classe de conversation pour ses anciens élèves qui souhaitent maintenir ou améliorer leur niveau de français. Dernièrement, elle participe au programme de parrainage des enseignants à l’université.

Le prix pour l’enseignant diplômé de l’année a été attribué à Sean Kennedy, qui enseigne à l’École Holy Cross à Eastport. Si son parcours académique a commencé par un baccalauréat en biologie moléculaire, sa passion pour le français l’a mené à Nice, dans le sud de la France, pour un programme d’échange universitaire. Après avoir complété une maîtrise en français en 2020, son éducation s’est poursuivie avec un baccalauréat en éducation, avec une spécialisation en français et en sciences. Il est notamment reconnu pour mettre en avant l’utilisation pratique de la langue française pour ses élèves, tels que le vocabulaire des jeux vidéos et bande-dessinés francophones, des recettes ainsi que l’argot français. 

Ce qui distingue ces lauréats d’autres passionnés n’est pas leur maîtrise de la langue, mais surtout la manière dont ils promeuvent et encouragent la curiosité envers cette langue. 


À lire aussi: 

Une salle de classe avec différents meubles, canapés, bureaux et chaises

Aménagement flexible: Adieu à l’ancien et bonjour au nouveau!

L’aménagement flexible est une nouvelle démarche pédagogique innovante qui est mise en œuvre dans certaines classes à travers la province de Terre-Neuve-et-Labrador. Ce choix de sièges permet aux élèves de contrôler leur environnement avec de nombreuses options autres que le bureau et la chaise traditionnels.

Lire la suite »

Enseigner le français pendant une crise du logement: zoom sur l’ouest du Labrador

La crise du logement se fait sentir dans toute la province, et plus particulièrement à l’ouest du Labrador, où les mines de fer attirent un afflux de travailleurs venus de partout. Si se loger peut être mission impossible pour certains dans la région, l’apprentissage de la langue française risque aussi d’être en danger. Comment la crise sera-t-elle gérée en 2023?

Lire la suite »

Une rafale d’opinions autour du projet éolien

L’énergie verte devenant de plus en plus populaire, il semble assez évident que la construction des éoliennes soit une solution simple pour lutter contre le réchauffement climatique. La construction d’un parc éolien pourrait commencer en 2023 sur la péninsule de Port-au-Port mais la transition verte n’est pas si évidente pour ses résidents.

Lire la suite »

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment