Histoire, Loisirs, Tous

Creuser dans notre histoire

Deux détectoristes, Clyde Emberley et Henri Goosney, racontent au Gaboteur ce qui les a motivé à se lancer dans le hobby de détection de métaux et comment certaines histoires de leur jeunesse ont été primordiales pour cette passion.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Clyde Emberley présente une pièce de monnaie qu’il a trouvée en effectuant une fouille avec son détecteur de métaux à Southern Harbour. Photo: Courtoisie Clyde Emberley
Photo de Henri Goosney sur la côte ouest de Terre-Neuve. Photo: Courtoisie Henri Goosney

David Beauchamp

Il est bien difficile de creuser dans le sol et de trouver autre chose que de la pierre sur cette île que l’on surnomme, très justement, le vieux Rocher. Pourtant, les détectoristes du groupe Facebook Diggin The Rock Metal Detecting («Creuser le Rocher détection de métal» dans la langue de Molière) sont déterminés à prouver le contraire: chaque semaine, plus d’une vingtaine de personnes partagent des photos d’objets et de pièces anciennes qu’ils ont trouvés pendant leurs fouilles. 

Chasse aux trésors historiques

L’attachement à la culture, aux traditions et à l’histoire de Terre-Neuve et du Labrador sont autant de raisons pour lesquelles les détectoristes s’adonnent à cette activité. Clyde Emberley, détectoriste de Southern Harbour sur la péninsule d’Avalon, évoque sa famille comme une des raisons principales l’ayant motivé à entreprendre ce loisir. «J’ai toujours été intéressé par l’histoire de Terre-Neuve. Écouter les histoires de mon père et de mon grand-père me passionnait, spécialement les histoires de trésors enfouis», raconte Emberley. Il ajoute qu’il collectionne des pièces de monnaie depuis fort longtemps et qu’il a déjà acheté quatre détecteurs de métaux différents pour élargir ses capacités de fouilles.

Cette histoire rejoint celle de Henri Goosney, résident de la péninsule de Port-au-Port et détectoriste depuis plus de dix ans. Il évoque son goût de la découverte et l’émotion qu’il ressent lorsqu’il fait des recherches. «J’ai un grand intérêt pour l’histoire et [la détection de métaux] m’apparaissait comme une bonne activité parce que je peux faire de l’exercice et prendre l’air quand je ne travaille pas. C’est toujours un thrill car tu ne sais jamais ce que tu vas trouver», explique-t-il.

À l’instar de Clyde Emberley, le détectoriste de Port-au-Port raconte que son intérêt pour le mystère et la découverte de trésors cachés est influencé en grande partie par les légendes de pirates et de butins enfouis qu’il a entendu dans sa jeunesse à Parsons Pond, situé sur la Grande Péninsule du Nord. 

«Il y a une légende à Portland Creek à propos de pirates qui auraient perdu quatre coffres remplis de trésors sur les dunes de sable près du village. La rumeur veut qu’un seul des coffres aurait été trouvé et qu’il y ait un corps de pirate enterré là, ce qui pique l’intérêt des chasseurs de trésors», raconte-il. 

C’est dans un champ à Boswarlos, sur la péninsule de Port-au-Port, que Henri Goosney a trouvé la majorité des pièces de monnaie françaises; pièces qui composent d’ailleurs la majorité de sa collection. Photo: Cody Broderick (capture d’écran)
Deux clés que Clyde Emberley a trouvées il y a deux ans dans l’ancien village minier de La Manche, relocalisé dans les années 1960. Ce village faisait l’extraction de plomb avant que cette pratique ne soit abandonnée. Photo: Courtoisie Clyde Emberley

Collectionner le passé

Après avoir demandé l’accord du propriétaire du terrain pour creuser, Goosney affirme qu’il a trouvé tellement de pièces de monnaie lors de ses recherches qu’il en a commencé une collection. «J’ai trouvé la majorité des pièces de monnaie provenant de France et d’ailleurs à Boswarlos, sur la péninsule [de Port-au-Port]. J’ai dû déterrer au moins 300 pièces de monnaie à cet endroit seulement», précise Goosney lorsqu’on l’interroge sur l’état de ses recherches. Il ajoute que son ami, qui est aussi détectoriste, a trouvé des pièces de monnaie espagnoles datant du 17e siècle près de l’endroit où il a fait ses trouvailles.

«Je trouvais tellement de pièces rares et anciennes que je suis devenu un collectionneur par la force des choses. J’en possède maintenant provenant de plus de deux cents pays différents», affirme le détectoriste de Port-au-Port. 

En plus des pièces de monnaie françaises et terre-neuviennes, Goosney a trouvé une quantité faramineuse de boutons et d’équipement militaire datant de plusieurs siècles. Une des trouvailles qui l’a fasciné le plus est la découverte de deux badges militaires américains sur les rives de la rivière Romaine’s sur la côte ouest de Terre-Neuve. «Ces deux badges de soldats sont presque identiques et ont presque le même numéro de série. Je les ai trouvés à seulement vingt pieds l’un de l’autre! Je me suis toujours demandé ce qui s’était passé avec ces deux soldats», raconte-t-il avec enthousiasme.

Clyde Emberley a lui aussi entamé une collection de pièces de monnaie en fonction de ses découvertes. Il a principalement trouvé des pièces de monnaie de l’époque où Terre-Neuve-et-Labrador était un dominion britannique, et il a entamé une petite collection avec ses dernières.

Henri Goosney ajoute: «J’encourage tous les collectionneurs à se procurer un détecteur de métaux et commencer à déterrer des pièces. Cela agrandirait considérablement leurs collections!»


Photo: Roger Starnes Sr (Unsplash)

Cet article fait partie de notre dossier:

Collectionner le passé

Détectées: des personnes qui partagent des histoires sur leurs trouvailles enfouies! Plusieurs détectoristes de métaux d’un peu partout dans la province sont très actifs sur les réseaux sociaux en signalant les sites fouillés en plus de partager leurs trouvailles. Grâce à leurs chasses aux trésors, plusieurs objets et artéfacts ont été déterrés et permettent de comprendre davantage le passé de la province, y compris son héritage francophone.

À lire aussi:

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment