À La Une, Histoire, Loisirs, Tous

Connaissez-vous la numismatique?

C’est la discipline scientifique qui étudie les pièces de monnaie et les médailles. Nous la pratiquons tous lorsque nous analysons nos propres pièces de monnaie en regardant où et quand elles ont été produites et qui sont les personnes représentées dessus.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Une science à portée de main

Lors d’une fouille près de Southern Harbour à Terre-Neuve, Clyde Emberley a trouvé une pièce de cinq centimes français datant de 1853. Grâce aux procédés de la numismatique, il a pu déterminer que sur l’avers de la pièce se trouve la figure de Napoléon III, Empereur français de l’époque et neveu du très connu Napoléon; alors que sur le revers de la pièce se trouve l’aigle impérial avec l’inscription «Empire français». Southern Harbour se trouve le long de la côte au nord de Plaisance, soit l’ancienne capitale française de Terre-Neuve. 

Peut-être la pièce vient-elle de Saint-Pierre-et-Miquelon? De marchands venus d’Europe pour commercer? De Français venus s’établir à Terre-Neuve? Qui sait!

Pièce de monnaie française à l’effigie de Napoléon III datant de 1861 découverte par Henri Goosney à Boswarlos. La pièce est similaire à celle trouvée par Clyde Emberley et ce, à des centaines de kilomètres de distance.Photo: Courtoisie Henri Goosney
Comparaison entre la pièce de monnaie à l’effigie de Napoléon III et de l’Empire français trouvée par Clyde Emberley à Southern Harbour et une originale en bon état. Photo: Courtoisie Clyde Emberley

Une pièce d’histoire

Terre-Neuve-et-Labrador produisait sa propre monnaie entre 1865 et 1947. Toutes les pièces générées durant cette époque sont considérées comme un ensemble fermé puisqu’il ne s’en fait plus aujourd’hui. Pour compléter l’ensemble, il faut impérativement rassembler 140 pièces différentes avec toutes les années de production de la monnaie terre-neuvienne.

La pièce de monnaie de Terre-Neuve la plus rare et dispendieuse est la «1871 mule 10 cents». Elle possède à la fois un avers de 10 cents terre-neuvien et un revers de 10 cents canadien bien que Terre-Neuve-et-Labrador ne faisait pas encore partie du Canada à ce moment. Elle vaut aujourd’hui plus de 100 000$!

Le roi George V, roi britannique de 1910 à 1936, figure sur l’avers de cette pièce terre-neuvienne qui date de 1917. Photo: Cody Broderick
Sous le règne de George V, Terre-Neuve-et-Labrador a produit des pièces de 1 cent, 5 cents, 10 cents, 20 cents, 25 cents et 50 cents. Photo: Cody Broderick

Les vestiges de la French Shore

Une des découvertes fréquentes faites par le détectoriste de Port-au-Port est sans aucun doute les pièces de monnaie françaises. Il en a trouvé de toutes les époques, notamment du 18e siècle et qui sont en bon état malgré le passage du temps. 

La pièce de monnaie française de 1792 est une trouvaille intéressante. Bien que la Révolution française ait eu lieu en 1789 et que la monarchie fut écartée, le Roi Louis XVI est toujours présent sur les pièces de monnaie et le sera jusqu’en 1795, année où la jeune République introduit le franc comme nouvelle monnaie nationale après six ans de crise économique importante. À partir de ce moment, la représentation du Roi et l’inscription «Roi des Français» laissent place au visage de Marianne, personnification de la Liberté et de la Révolution, et les mots «République française» ou «Liberté».


Une des pièces anciennes que Henri Goosney a trouvée à Boswarlos. La pièce fut produite en 1792 et est à l’effigie du roi Louis XVI, bien que la Révolution française ait chassé la monarchie en 1789. Photo: Courtoisie Henri Goosney


Photo: Roger Starnes Sr (Unsplash)

Cet article fait partie de notre dossier:

Collectionner le passé

Détectées: des personnes qui partagent des histoires sur leurs trouvailles enfouies! Plusieurs détectoristes de métaux d’un peu partout dans la province sont très actifs sur les réseaux sociaux en signalant les sites fouillés en plus de partager leurs trouvailles. Grâce à leurs chasses aux trésors, plusieurs objets et artéfacts ont été déterrés et permettent de comprendre davantage le passé de la province, y compris son héritage francophone.

À lire aussi:

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment