Communautaire, Société, Tous

Venir en aide à nos amis poilus

Plusieurs d’entre nous aimeraient pouvoir aider les refuges d’animaux dans nos régions. Certaines personnes font du bénévolat, d’autres choisissent de se proposer comme familles d’accueil, d’autres encore organisent des collectes de fonds… 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Rose Avoine-Dalton

Mais parfois, des gens font des dons de nourriture pour chiens à des refuges qui n’ont que des chats, ou appliquent pour faire du bénévolat dans des refuges qui ont un manque urgent de fonds et non de main d’œuvre. Même si ses actions sont basées sur de très bonnes intentions, elles ne prennent pas en compte les besoins particuliers de chaque organisme!

Devant un fond blanc, un groupe de chatons commence à explorer son environnement. Un chaton au milieu a une fourrure de couleur crème, et à sa gauche et à sa droite, deux sont blancs et orange, trois sont noirs et blancs et un est gris.
Photo: The Lucky Neko (Unsplash)

La meilleure chose à faire quand on veut soutenir une organisation qui aide les animaux est de se renseigner sur ce dont ils ont réellement besoin. Par exemple, au Happy Valley Goose Bay SPCA, c’est de la nourriture pour chien qui est nécessaire «parce que nous en utilisons beaucoup et nous envoyons aussi de la nourriture pour chiens à des communautés côtières pour aider les chiens errants», explique la bénévole Paige. 

Ailleurs dans la province par contre, c’est l’opposé qui est vrai: «La nourriture pour chats — humide et sèche — est notre achat numéro un», explique Jenna, qui est gestionnaire du Southwest Coast SPCA à Stephenville. 

Toujours en train de faire du recrutement de bénévoles, Jenna souligne aussi qu’il peut y avoir une mauvaise compréhension de ce que cela veut dire que d’aider: «Beaucoup de gens pensent qu’il faut être physiquement présent dans le bâtiment pour être bénévole, mais ce n’est pas le cas! Vous pouvez par exemple aider à la collecte de fonds en organisant [des événements] au travail». Une très bonne nouvelle pour ceux et celles qui ont des allergies ou qui sont peut-être trop occupés pour passer du temps avec les petits animaux poilus. 

Une autre façon d’aider les refuges est de ne pas accidentellement ajouter au nombre d’animaux qui ont besoin d’une nouvelle maison. Bonnie du Gander and Area SPCA explique que «la chose la plus importante est d’encourager les gens à faire stériliser leurs animaux et à se renseigner auprès de la SPCA ou du refuge de leur région. Si vous avez de faibles revenus et que vous avez besoin de soutien, renseignez-vous auprès de la SPCA de votre région pour voir s’il existe un programme qui pourrait vous venir en aide». Elle ajoute aussi que «les dons en argent sont bien sûr acceptés [au Gander and Area SPCA], car les factures des vétérinaires ont tendance à grimper en flèche».

Pour en savoir plus sur les SPCA de Terre-Neuve-et-Labrador, visitez http://www.spcanl.com/


Photo: Courtoisie Erin Duffett

Cet article fait partie de notre dossier:

Donner sa langue au chien

Lorsqu’il aboie, votre chien fait-il wouf wouf, wau wau ou arf arf? Dans ce dossier, Le Gaboteur explore ce que signifie «donner notre langue aux chiens». Des compagnons à quatre pattes polyglottes aux traditions autochtones en voie de disparition, le tout est à découvrir!

À lire aussi:

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment