Autochtone, Société, Tous

Préserver une tradition

Diriger des chiens de traîneau: c’est ce que fait la famille de Scott Hudson depuis des millénaires! Pour préserver cette tradition, l’homme Inuit-Metis et sa femme Lori sont propriétaires de Northern Lights Dog Sledding. Basée à Happy Valley-Goose Bay, l’entreprise offre des excursions de traîneau à chiens afin de découvrir le territoire du Labrador.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Rose Avoine-Dalton

Sun un arrière plan bleu en haut est une titre en blanc: «Un lexique de chiens de traîneau.» Paragraphe en dessous en noir: «Scott Hudson nous partage des commandements qu’il utilise le plus pour diriger son traîneau. La plupart des ordres sont répétés plusieurs fois et comme le dirigeant l’explique, «ce sont plus de sons que des mots traduisibles».» 

Un tableau à deux colonnes et cinq lignes. La première ligne a un arrière plan vert, est autres blanc. À la gauche: «Traduction approximative des sons en français:» et à la droite: «Définition:». Deuxième ligne: «Huite (avec souffle au début)» et «Au tout début de l’aventure, ceci est dit pour inciter les chiens à courir! «Si tu veux ordonner à ton leader d'être attentif, tu répètes simplement “huite-huite”. Tu fais des bruits encourageants, et des sons d'encouragement!».» Troisième ligne: «Èddeur» et «Indication pour tourner vers la gauche.» Quatrième ligne: «Auque» et «Indication pour tourner vers la droite.» Cinquième ligne: «Ahhh» et «À la fin de l’excursion, ce son laisse entendre aux animaux qu’ils peuvent s'arrêter.»
Un traîneau à chiens dans un grand champ enneigé, lors d'une journée ensoleillée. Au centre, un husky labrador blanc et gris est attaché à la corde du traîneau avec un harnais. Le chien regarde l'appareil photo et semble sourire, la gueule ouverte. Derrière se trouvent les autres chiens et le traîneau sont flous. Une personne est debout derrière le traîneau et une autre est assise. En arrière-plan, on voit une forêt et un ciel bleu clair.
Les randonnées de Northern Lights Dog Sledding sont seulement offertes durant l’hiver — une saison qui s’étire longtemps au Labrador — et peuvent durer d’une heure et demie jusqu’à un jour et demi! Photo: Courtoisie Northern Lights Dog Sledding

Les traîneaux à chiens ont une histoire longue et complexe, mais la pratique autrefois courante est maintenant en danger de disparition. Scott Hudson explique qu’«il n’y a qu’une génération que les chiens de traîneau étaient des chiens de travail. Mon père utilisait des chiens pour transporter du bois, chasser le caribou et se rendre dans la communauté suivante». Or toutes ces activités ont changé avec l’introduction de la motoneige. 

Heureusement pour les participants, les excursions offertes par Northern Lights Dog Sledding n’incluent pas de chasse ou de transportation de ressources naturelles, seulement les paysages pittoresques du nord du Labrador!

Connus populairement comme des huskies du Labrador, les chiens qu’élève Scott Hudson sont «essentiellement des chiens inuits» et sont appelés des qimmiit (chiens de traîneau en inuktitut). Chacun des chiens dans l’équipe de Hudson sont attachés par des cordes et un harnais au traîneau de bois. À la tête de l’opération, c’est le leader ou «la partie la plus essentielle de l’équipe», comme l’explique le dirigeant.

Une volonté de conservation culturelle

Originaire de Black Tickle sur la côte sud du Labrador, Hudson a été très tôt exposé et imprégné par les traditions métisses de sa famille; traditions qui, explique-t-il, sont «historiquement très liés à la culture inuit — les métis ont une combinaison d’ascendance inuit et européenne — donc beaucoup de nos activités culturelles, et beaucoup de notre identité culturelle est très liée au mode de vie inuit».

«Tout comme les chiens de traîneau [est une tradition] transmise de génération en génération, les façons de travailler avec ces chiens, les compétences, les connaissances, les différents ordres et la capacité de travailler avec les chiens de traîneau sont aussi transmises.»

Pour guider les chiens, la personne qui dirige le traîneau utilise des commandements vocaux en inuktitut. Tout comme la préservation d’autres éléments de la culture autochtone, Scott Hudson insiste que la conservation de la langue «est vitale.» Passionné du sujet, il élabore: «c’est une des parties les plus importantes si on veut être fidèle aux chiens et à la culture, et si on veut transmettre la culture à la génération suivante».

En dirigeant une équipe de traîneau à chiens, il peut partager les traditions de ses ancêtres à sa famille. Mais avec Northern Lights, il prend par lui-même les rôles d’historien, d’enseignant et de conservateur de sa culture pour un public élargi de touristes.

«Tellement d’aspects de la culture autochtone disparaissent. […] Pour moi, avoir des chiens de traîneau et diriger une équipe de chiens me permet de rester connecté à mon histoire, à mon identité et à ma culture.»


Pour en savoir plus sur Northen Lights Dog Sledding, visitez: https://www.northernlightsdogsledding.com/.


Photo: Courtoisie Erin Duffett

Cet article fait partie de notre dossier:

Donner sa langue au chien

Lorsqu’il aboie, votre chien fait-il wouf wouf, wau wau ou arf arf? Dans ce dossier, Le Gaboteur explore ce que signifie «donner notre langue aux chiens». Des compagnons à quatre pattes polyglottes aux traditions autochtones en voie de disparition, le tout est à découvrir!

À lire aussi:

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment