À l'écran et sur scène, Arts et culture, Communautaire, Société, Tous

Une communauté accueillante à l’écran

Dans le cadre de l’initiative Communauté francophone accueillante, la Fédération des Francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL) et l’Association Francophone du Labrador (AFL) organisent le montage d’un documentaire en collaboration avec deux vidéastes françaises. Engagées afin de réaliser une partie du film pendant la tenue des Jeux franco-labradoriens, voici une rencontre avec Priscillia Auvray et Flora Bidaud – ensemble, Studio Moti.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Cody Broderick

À gauche: Priscillia Auvray, à droit: Flora Bidaud. Photo: Cody Broderick
Flora et Priscillia préparent une interview avec Ruth Bongba. Photo: Cody Broderick

Quelques jours avant l’ouverture des Jeux franco-labradoriens, deux vidéastes françaises et résidant toutes deux à Montréal, sont arrivées dans le Big Land pour capturer l’esprit de la communauté francophone à travers l’objectif de leur caméra. Tout au long de leur visite d’une semaine dans la province, Flora Bidaud et Priscillia Auvray ont pu découvrir l’hiver labradorien et les gens du coin à travers des interviews intimes et des aventures à l’extérieur.

Un projet avant tout humain

Quelques jours avant l’ouverture des Jeux franco-labradoriens, deux vidéastes françaises et résidant toutes deux à Montréal, sont arrivées dans le Big Land pour capturer l’esprit de la communauté francophone à travers l’objectif de leur caméra. Tout au long de leur visite d’une semaine dans la province, Flora Bidaud et Priscillia Auvray ont pu découvrir l’hiver labradorien et les gens du coin à travers des interviews intimes et des aventures à l’extérieur.

Arrivées le 8 mars dernier, leur première impression de la région les a surprises. Après avoir été informées sur les mines, elles pensaient que l’ouest du Labrador aurait beaucoup plus de  fumée et de bruit industriel. Elles ont été heureuses d’apprendre à leur arrivée que le Big Land offre beaucoup plus qu’un paysage industriel, mais aussi une communauté avec de vrais liens humains.

Plutôt habituées à travailler pour de grandes entreprises, comme Moment Factory à Montréal, Flora et Priscillia ont décidé de quitter l’espace confiné de leurs bureaux pour lancer leurs propres entreprises indépendantes en printemps 2021, avec un objectif plus aventureux. Au lieu de rester dans des bureaux où elles «ne font rien pour faire avancer la société», les deux vidéastes passent leur temps à explorer la nature, à rencontrer de nouvelles personnes et à partager leurs histoires pour produire un impact plus directement positif.

Le projet des Communautés francophones accueillantes a pour but d’aider les immigrants d’expression française à s’installer dans l’Ouest du Labrador en faisant la promotion de l’inclusion et la diversité culturelle. Une initiative qui correspond bien à la motivation des vidéastes. 

Le projet est par ailleurs financé par et codirigé avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), ainsi que le réseau des organismes francophones hors Québec comme la Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA), le Comité atlantique sur l’immigration francophone (CAIF) et les Réseaux en immigration francophone (RIF).

Lors des interviews, les vidéastes essaient d’obtenir des images des coulisses pour un contenu plus dynamique. Photo: Cody Broderick
C’est Flora qui pilote le drone. L’héliportage orange est utilisé pour que le point d’atterrissage soit visible dans la mer de neige blanche. Photo: Cody Broderick

Une semaine d’interviews et de drones

Ayant déjà interviewé une poignée de personnes, Flora et Priscillia ont une très bonne idée de la diversité de la population francophone de la région. Au moment de cette interview, elles avaient déjà rencontré des personnes comme Lise Boucher, qui vit à Labrador City depuis les tout premiers débuts de la ville dans les années 1960, et Renato Loaiza, un francophile originaire de la Colombie qui habite dans la région avec sa famille depuis 2019. 

Le tournage du documentaire se déroule de plusieurs façons: par des interviews individuelles et par l’observation de la ville et des événements, notamment avec l’aide d’un drone. 

Il ne fallait ainsi pas être surpris pendant la fin de semaine de voir un drone planer au-dessus des rassemblements extérieurs des jeux. Entre les applaudissements lors du match de hockey du 12 mars par exemple, un bourdonnement dans l’air a attiré l’attention des participants. Une nouvelle excitation a envahi la patinoire: les bâtons de hockey ont été posés par terre et les têtes se sont tournées vers le haut. La curiosité des plus petits joueurs a été éveillée, avec l’un des enfants posant toutes sortes de questions à Priscillia qui contrôlait le drone à distance depuis le terrain.

Selon les deux vidéastes, filmer avec un drone est une toute autre affaire que de filmer avec une caméra traditionnelle. Outre la capture d’angles de vue aériens, il y a bien d’autres choses à considérer. 

Les drones utilisent le GPS pour se situer dans les airs, de sorte que si la batterie commence à s’épuiser (ce qui arrive beaucoup plus vite dans les hivers de -30 degrés du Labrador), ils sont capables de revenir directement au contrôleur «comme si on les appelle», explique Priscillia. 

Si vous pilotez un drone, vous devez cependant faire attention aux fils électriques qui pourraient couper la communication entre le drone et le contrôleur. C’est ce qui est arrivé à Priscillia quand elle testait son nouveau drone pour la première fois un jour à Montréal – elle devait en effet courir pour suivre l’équipement, qui aurait pu être facilement perdu dans les cieux québécois.

Réparties le 15 mars pour Montréal, les deux vidéastes prévoient cependant revenir au Labrador au mois de juin pour filmer d’autres événements importants pour la population, notamment l’assemblée générale de l’AFL.

Le documentaire, dont le titre n’est pas encore choisi, sera lancé le 31 octobre prochain. Un projet humain à suivre!


Cet article fait partie de notre dossier:

Une fête d’hiver à la labradorienne!

Il faisait froid dans le Big Land du 11 au 13 mars dernier, mais une fin de semaine remplie d’activités sportives et de commémorations a su réchauffer le cœur des participants et spectateurs des Jeux franco-labradoriens. Tout au long de la fin de semaine, le français était bruyant sur les lignes de touche. Pour terminer le long hiver de l’Ouest du Labrador, Le Gaboteur vous propose un coup d’œil sur la 37e édition de ces jeux organisés par l’Association Francophone du Labrador.

À lire aussi:

Photo: Cody Broderick

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment