Autochtone, Société, Tous

Où et quand: les pensionnats de TNL

Les six pensionnats que comptait Terre-Neuve-et-Labrador sur son territoire sont souvent oubliés dans la discussion nationale des pensionnats autochtones parce qu’ils ont été ouverts avant l’entrée de la province au sein de la confédération canadienne. Voici un petit historique de ces institutions.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Cody Broderick

Lockwood School

Cartwright

La première tentative d’établir une institution éducative dans le sud du Labrador a été faite par l’Église anglicane au milieu des années 1800. Des enseignants itinérants ont d’abord été utilisés, mais au début des années 1900, des écoles d’été ont été établies autour de Sandwich Bay. Après que la grippe espagnole les ait dévastées en 1918, le révérend Henry Gordon a fait pression pour qu’une nouvelle école et un orphelinat soient construits dans la région. Lorsque des matériaux pour construire des cercueils pour les victimes de la grippe espagnole ont été envoyés trop tard, le bois a été utilisé afin de construire un pensionnat à Muddy Bay, qui a ouvert ses portes en 1920 sous le nom de la Labrador Public School. Peu après, l’école a brûlé et la International Grenfell Association (IGA) a ouvert l’École Lockwood en 1930. Un autre incendie a ravagé le dortoir, mais un nouveau bâtiment de quatre étages a été construit pour le remplacer. Les enfants venant de l’extérieur de Sandwich Bay étaient souvent séparés de leur famille à plus long terme, restant au pensionnat même pendant les congés de Noël et de Pâques. Après avoir soumis les enfants à des abus pendant des années, le pensionnat a fermé ses portes en 1964 et le dortoir a été finalement démoli dans les années 1990.

Princeton School

Mary’s Harbour

Un pensionnat a été ouvert à Mary’s River (maintenant Mary’s Harbour) entre 1931 et 1938, mais comme il a fermé avant que TNL ne devienne une province canadienne, il est souvent omis des excuses des politiciens fédéales. Dans les années 1930, la International Grenfell Association a déménagé ses activités de Battle Harbour à Mary’s River et des bénévoles de l’Université de Princeton sont venus aider à construire le pensionnat, lui donnant ainsi son nom. Son fondateur, le médecin suisse Herman Moret, s’est aliéné les résidents de Mary’s Harbour en exerçant son autorité sur les terres, mais en 1935, il est retourné en Suisse. En 1938, l’école est fermée et la plupart des élèves ont été transférés à l’École Lockwood. Lorsque Mary’s Harbour s’est repeuplée dans les années 1960 après le programme provincial de réinstallation, l’administration de l’école a été reprise par l’Église anglicane.

Makkovik Boarding School

Makkovik

Les missionnaires moraves se sont installés à Makkovik au milieu des années 1890, construisant une station pour les colons et une église dans la région. Le frère Hermann Jannasch et le révérend Walter Perrett, ont commencé à y enseigner en 1898. Les élèves étaient logés dans la maison d’un serviteur de la chapelle locale et dans la maison de la mission, mais la construction d’une école à deux étages a commencé en 1914. Le nombre d’enfants qui y résidaient augmentait au point où en 1925, l’école dût déménager dans la maison de la mission originale. Le bâtiment a été transformé en poste de soins infirmiers, puis finalement, a été sous-utilisé. Le manque éventuel d’utilisation du batiment lui a valu le surnom de «The White Elephant» (en français, «l’éléphant blanc»). L’école ferme officiellement en 1960 et aujourd’hui, le bâtiment du «White Elephant» sert de musée communautaire de Makkovik.

Nain Boarding School

Nain

À Nain, les cours étaient d’abord donnés dans le poste de colonisation, mais après l’ouverture du pensionnat de Makkovik, dans les années 1920, la fréquentation scolaire à Nain avait chuté. Lorsque la Compagnie de la Baie d’Hudson a pris le monopole du commerce des fourrures dans la région, le révérend morave Paul Hettasch s’est tourné vers le sud pour trouver une solution afin de poursuivre l’éducation morave dans le Nord. Le commandant américain Donald MacMillan, qui connaissait bien le Labrador, a répondu à l’appel et a fait don de fonds et de matériaux pour construire une nouvelle école. L’école a ouvert ses portes en 1929 et était censée être bilingue anglais/inuktitut,, mais elle a rapidement fait l’objet d’une ségrégation et a finalement été transformée en un établissement entièrement anglophone. Parmi les sévices endurés par les enfants, un enseignant a un jour plâtré la bouche des enfants qui se comportaient mal, en 1931. L’école a fermé ses portes en 1973.

St. Anthony’s Orphanage

St. Anthony

La construction de l’Orphelinat St. Anthony a commencé en 1904 sous l’initiative de la mission Grenfell et l’établissement sera inauguré en 1906. Construit à l’origine pour une capacité de 25 enfants, des rénovations en 1909 ont permis à l’orphelinat d’en accueillir le double, une expansion que  Wilfred Grenfell attendait avec impatience. Avec la police à ses côtés, Grenfell contraint les parents à confier leurs enfants à l’orphelinat. D’autres rénovations ont lieu et en 1922, un nouveau bâtiment en briques est construit. Après des années d’abus sexuels et physiques derrière les portes de l’orphelinat, les années 1960 marquent la fin de l’institution. Suivant l’ouverture d’une nouvelle école régionale en 1964, l’orphelinat a eu moins de place dans la ville, et a fini par fermer en 1979.

Yale School

North West River

Sans école, les enseignants de la région de Lake Melville et de Hamilton Inlet, au Labrador, devaient se déplacer d’une communauté à l’autre pour enseigner. Après son arrivée au Labrador en 1912, le Dr Harry Paddon a joué un rôle de catalyseur dans la construction d’un pensionnat à North West River, inspiré du travail des missionnaires moraves dans le nord du Labrador. D’abord ouvert comme un hôpital offrant des cours un jour par semaine, le bâtiment s’est transformé en pensionnat en 1926 grâce à un don important de l’Université Yale, qui a également donné son nom à l’école. Paddon a souvent tiré parti du Children’s Act de 1921, qui permettait aux magistrats comme lui de prendre en charge des enfants lorsqu’ils le jugeaient nécessaire. À un moment donné, le manque de ressources éducatives dans le reste du sud du Labrador avait créé un boom d’élèves, mais après la fondation de Happy Valley et de sa base militaire dans les années 1940, les habitants de la région ont afflué vers des services plus modernes. Afin de se maintenir à flot, le pensionnat s’agrandit pour construire une nouvelle école secondaire et un dortoir, alors que l’école de Yale devient une école primaire au début des années 1970. L’Association internationale Grenfell a fermé l’établissement en 1980.


Photo: Archives Them Days

Cet article fait partie de notre dossier:

Le colonialisme par l’éducation

À lire aussi:

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment