À La Une, Économie et affaires, Société, Tous

Les critiques sur la grande industrie renforcent la diligence raisonnable

Dans toute la province, à la suite de la visite des chefs d’État internationaux à Stephenville, le développement de l’énergie éolienne semble avancer à toute vitesse, mais des obstacles subsistent.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Jaymie White – Traduction Le Gaboteur 

Texte original publié en anglais dans Wreckhouse Press

Grâce à l’accélération des échéanciers et à la signature d’accords, le projet Global Energy GH2 sur la péninsule de Port au Port n’a plus qu’à obtenir l’approbation du gouvernement provincial pour que commence la phase de production. Le projet a cependant rencontré une résistance importante de la part des résidents des communautés qui seront les plus touchées par le placement des éoliennes, et ce n’est pas la première fois qu’un projet à grande échelle se confronte à une telle résistance dans la région.

Du potentiel économique

Il y a moins d’un an, la vente de l’aéroport régional de Stephenville au groupe de sociétés Dymond a suscité de vives réactions de la part de ceux qui pensaient que l’accord n’était pas ce qu’il semblait être. Plusieurs craignaient que les retards soient synonymes de déceptions inévitables et de promesses non tenues. Cependant, cet accord a été officiellement signé et l’accent sur le développement de la grande région a été déplacé vers les projets d’énergie éolienne proposés.

La couverture du document d’enregistrement de l’évaluation environnementale pour le développement de l’énergie éolienne. Photo: Project Nujio’qonik GH2

Le maire de Stephenville, Tom Rose, soutient que l’arrivée de grandes industries dans la région qui ont pour but de s’installer et exploiter nos ressources, y compris la main-d’œuvre potentielle, est une avancée importante et nécessaire.

«Quand on devient maire d’une communauté, on a beaucoup de responsabilités envers les citoyens, je pense que l’une des responsabilités est de développer la communauté, d’être une communauté «cool», d’être innovatrice, d’attirer le type d’entreprises et d’industries, et cela se répercute sur la famille. Pour que nos familles restent unies, il faut des emplois», a expliqué Rose. «J’ai toujours pensé que Stephenville avait quelque chose d’unique, et ce quelque chose, c’est l’infrastructure.»

Rose souhaite développer le potentiel de la ville.

«Une révolution énergétique est en cours en ce moment – avec l’éolien et le solaire – ce sont de nouvelles plateformes énergétiques qui alimenteront les économies du futur. Le secteur pétrolier et gazier continuera à jouer un rôle essentiel, mais une transition est en cours. C’est un grand moment pour Stephenville».

Rose a déclaré que l’arrivée du premier ministre Justin Trudeau et du chancelier allemand Olaf Scholz au début du mois était le jour le plus important de sa carrière politique.

«Peu importe l’industrie qui arrive, vous allez avoir des gens qui vont s’y opposer, que ce soit l’aéroport et Carl Dymond ou le développement éolien. Pour moi, ce sont juste des citoyens non informés qui ont besoin d’être informés et éduqués à ce sujet. De mon point de vue, ils ont tort, mais ils jouent un rôle car ils renforcent la diligence raisonnable de ces projets. Donc, de leur façon, ils jouent un rôle important. Mais c’est frustrant de voir, parfois, quand vous essayez de faire du bien pour votre communauté et qu’il y a une petite fraction des gens – qui pourrait être un couple de centiles dans votre population [qui ne sont pas d’accord]. Mais ils se font entendre et nous sommes au Canada et nous avons le droit à la liberté d’expression, mais je suis du côté de ce développement, pas des manifestants.»

Questionnements bienvenues

Le député Andrew Parsons (Burgeo – LaPoile), ministre de l’Industrie, de l’Énergie et de la Technologie, a déclaré que le questionnement, l’enquête et l’investigation sont des aspects importants de tout projet majeur dans la province.

«Il n’y a rien de mal à ce que les gens fassent ça. Nous devrions le faire. L’une des raisons en est que nous avons une histoire qui est gravée dans notre psyché collective. 

Regardez l’affaire Churchill. Les gens l’ont acceptée. Il ne nous a pas coûté en soi, mais nous avons perdu des milliards de profits à cause de ce contrat. Ensuite, vous regardez Muskrat. La majorité des gens l’ont accepté, et regardez où nous en sommes maintenant. Nous avons un projet qui nous a coûté des milliards et des milliards et des milliards de plus que ce qu’il était censé coûter et il n’est toujours pas opérationnel – il a fallu faire une enquête», a déclaré M. Parsons. 

«Nous arrivons donc maintenant où nous avons toutes ces nouvelles opportunités – en particulier quelque chose de nouveau comme l’éolien et l’hydrogène – et les gens ont juste généralement peur que nous nous engagions dans quelque chose et que nous n’en obtenions pas la pleine valeur, et je ne pense guère que ce soit une mauvaise chose.»

Andrew Parsons, ministre de l’Industrie, de l’Énergie et de la Technologie, accueille tout questionnement sur le développement de l’énergie éolienne à la côte ouest de l’île. Photo: Wikimedia Commons

Parsons a expliqué que si le gouvernement provincial ne peut pas expliquer correctement les mesures qu’il prend, c’est de sa faute, non celle des personnes qui expriment leurs préoccupations.

«Vous avez des gens qui vont se plaindre de tout. Peu importe ce que je dis. Peu importe ce que je fais. Ils vont s’opposer. Je ne me soucie pas de cette foule. Ce qui m’inquiète, ce sont les personnes qui m’appellent ou m’envoient des courriels, qui ne sont pas engagées dans un sens ou dans l’autre. Ils posent des questions, essaient de comprendre ce qui se passe et d’avoir une meilleure idée de la situation et d’avoir une meilleure idée de ce qui se passe. J’ai tout le temps du monde pour ça.»

Matador Mining est une industrie importante sur la côte sud-ouest, mais Parsons dit que c’est un scénario différent parce que le secteur minier est quelque chose qui existe dans la province depuis des siècles.

«Je suis vraiment heureux que nous en voyons un peu dans notre coin de pays, si proche. Je pense qu’il y a un avantage à cela», a déclaré Parsons. «Quand vous regardez le jeu du vent et de l’hydrogène, où il y a tellement d’informations, ça avance extrêmement vite pour de nombreuses raisons, et c’est tout nouveau. Et ce n’est pas seulement nouveau pour Terre-Neuve-et-Labrador, c’est nouveau pour partout. Il y a beaucoup de questions et le problème que nous avons, c’est qu’il y a tellement de choses à absorber que les gens ne reçoivent pas nécessairement les meilleures informations ou les informations correctes.»

Parsons croit qu’il y a une façon d’aller de l’avant avec la nouvelle industrie tout en s’assurant que le paysage de la province n’en soit pas pour autant sacrifié.

«Je pense que la majorité des gens s’inquiètent de l’impact de l’installation d’éoliennes un peu partout – à côté de leur maison, sur leur sentier préféré, en plein milieu des sites de reproduction des caribous. C’est ce qui inquiète les gens. Je ne pense pas que les gens disent “ne faites pas d’énergie éolienne”. Je pense que les gens sont simplement inquiets de ce que cela signifie, et c’est une inquiétude raisonnable.»

Malgré la signature très médiatisée à Stephenville, Parsons a déclaré que rien n’a encore été approuvé, et que le gouvernement est actuellement en train de suivre un processus, mais personne n’a d’approbation pour faire quoi que ce soit pour l’instant.

«Est-ce que je veux une population qui se laisse faire de bon gré et qui suppose que tout ce que nous disons est vrai? Non. Personne ne veut cela. Ce n’est bon pour personne. Nous avons besoin de ce genre de contrôle et d’équilibre. Nous avons besoin que les gens se posent des questions. La diligence raisonnable est un élément nécessaire ici», affirme Parsons. 

«En partie, je dois passer du temps à traiter la désinformation délibérée. Je dois passer du temps avec des personnes qui vont s’opposer en se basant sur aucun semblant de réalité. J’accepte que cela fasse partie du processus, mais encore une fois, la plus grande chose que nous puissions faire ici est de nous assurer que nous avons un processus, de sorte que, lorsqu’il s’agit de cette industrie – et nous avons d’énormes opportunités ici – nous devons aller de l’avant. 

Nous ne pouvons pas nous tourner les pouces en espérant que tout se passe bien et que nous avons tout le temps du monde. Nous n’en avons pas. Il y a un sentiment d’urgence, mais en même temps, il faut qu’il soit mesuré. Il faut l’équilibrer par rapport à un processus qui soit réglementé afin de s’assurer que nous ne nous engageons pas dans quelque chose qui nous donne plus de risques à l’avenir.»

À lire aussi:

Une pancarte blanche avec une bordure en bois rouge. Au centre est un dessin de deux éoliennes noires avec «NO! NON! MOQO!» en bas. Les éoliennes sont derrière un rouge cercle rouge avec une barre au centre.

Généreux les 10 millions de dollars de John Risley?

Le 16 octobre dernier, le milliardaire néo-écossais John Risley annonçait l’engagement de sa société World Energy GH2 de distribuer 10 millions de dollars sur trois ans dans les localités touchées par la construction de son mégaprojet éolien-hydrogène-ammoniaque sur la côte ouest de Terre-Neuve.

Lire la suite »
Un panorama d’une ville côtière à la droite est l’océan et à gauche les bâtiments.

Des petites entreprises et organisations récompensés pour leur travail

Pendant la semaine des petites entreprises, du 17 au 21 octobre, la province fête le travail acharné des plus petites entreprises et organismes qui ont un impact important dans leur communauté. Horizon TNL n’a pas seulement été nominé pour un prix des Long Range Small Business Awards. L’organisme francophone tient également son propre concours pour les entreprises et organismes francophones de la province.

Lire la suite »
Une personne paye avec une carte à un comptoir de magasin.

Augmenter le salaire minimum, est-ce assez?

L’économie actuelle ne facilite pas la vie des personnes au Canada qui peinent à suivre l’inflation. Augmenter le salaire minimum peut alléger leurs difficultés mais, de l’avis général, il en faudra plus pour reconnaître les travailleurs à leur juste valeur. 

Lire la suite »

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment