65, Chemin Ridge, St. John's, TNL

709 753-9585 info@gaboteur.ca

En reprise : Le legs musical bilingue d’Anita Best et de Sandy Morris

La chanteuse Anita Best et le guitariste Sandy Morris partagent la scène depuis plus de 40 ans. Some Songs, leur premier enregistrement commun, propose trois chansons en français!   

Par Élizabeth-Anne Malischewski

Le Ye Old Inn à Quidi Vidi était plein à craquer le jeudi 5 avril 2018 : la chanteuse Anita Best, qui a consacré sa vie à la perpétuation des chansons traditionnelles de Terre-Neuve, et le talentueux guitariste Sandy Morris, également grand arrangeur musical, y lançaient leur tout nouveau disque compact, intitulé Some Songs (Quelques chansons).   

Pourquoi le Ye Old Inn, ce lieu à nul autre pareil où les touristes débarquent par dizaines pendant la période estivale ? C’est qu’à leurs débuts, dans les années 1970, c’était l’endroit où Anita Best, Sandy Morris et leurs ami.e.s se réunissaient. C’est également au Ye Old Inn qu’a été lancé un des premiers albums du groupe pionnier du trad-rock Figgy Duff, dont ils faisaient tous les deux partie. Ses membres ont joué un rôle important dans la renaissance de la culture terre-neuvienne pendant les années 1970 et 1980.

Anita Best et Sandy Morris se connaissent depuis l’âge de 15 ans. Après Figgy Duff, la chanteuse et le guitariste ont régulièrement partagé la scène, ensemble ou avec d’autres artistes ou en duo. Malgré cette collaboration musicale de longue date, Some Songs est le premier enregistrement de leur duo.

Quelques chansons…

Some Songs regroupe 16 chansons qui constituent un échantillon de leur immense répertoire commun. On y retrouve, par exemple, des pièces de compositeurs terre-neuviens de différentes époques, tels  Peter Leonard et Jack Withers, qui signaient des chansons originales dans les années 1930 et 1940.

Anita Best et Sandy Morris ont aussi choisi deux pièces du regretté Ron Hynes, les magnifiques Saviour et Atlantic Blue ainsi qu’une chanson co-écrite avec Connie Hynes, I Never Met a Liar I Didn’t Like. Le « Man of a Thousand Songs » (L’homme aux 1000 chansons), avait, comme eux, débuté sa carrière dans les années 1970 et Sandy Morris a été son complice au sein d’un autre groupe culte de l’époque, The Wonderfull Grand Band.

Dans leur interprétation de ces chansons, ni la guitare de Sandy Morris, ni la voix d’Anita Best n’ont préséance : Some Songs est la signature d’un duo complice et respectueux.

Some songsChansons françaises

Some Songs s’ouvre sur Vive la rose, cette chanson traditionnelle française composée au 18e siècle qui est devenue célèbre dans la province grâce à son interprétation par le Franco-Terre-Neuvien Émile Benoit. Cette pièce, tout comme deux autres chansons en français de l’album, Sur la route de Dijon (aussi du 18e siècle) et Dans les prisons de Londres (du 17e siècle), fait partie de leur répertoire depuis belle lurette.

« Je ne parle pas français, mais j’adore jouer de la guitare en français », a un jour confié Sandy Morris au Gaboteur. Sur l’album, il apporte de la nouveauté à la tradition par ses arrangements musicaux et par sa maîtrise de différents styles de guitare.  

Anita Best, pour sa part, a des connexions à la langue française et aux francophones de la péninsule de Port-au-Port depuis bien longtemps. En simultané à sa carrière artistique, madame Best a fait un baccalauréat en français et en allemand à l’Université Memorial et elle a ensuite enseigné le français. Elle a aussi perfectionné sa connaissance de la langue par des formations à l’Université de Trois-Rivières, au Québec.

Pendant ses nombreux séjours sur la côte ouest, dans les années 1970 et 1980, elle est devenue amie avec Émile Benoît, Marguerite Tasse, Blanche Ozon, Cornelius Rouzes et Bernard Félix, Plus tard, elle a travaillé aux archives du Département de folklore à l’Université Memorial à Saint-Jean avec Geraldine Barter, de La Grand’Terre et Gerald Thomas, le fondateur du Centre d’études franco-terre-neuviennes de MUN.  

À cette époque, elle adorait écouter les enregistrements de chansons et d’histoires de la tradition franco-terre-neuvienne, et elle en a appris plusieurs.

Plus récemment, Anita Best a partagé de très nombreuses chansons de ce répertoire franco-terre-neuvien ainsi que d’auteurs québécois comme Gilles Vigneault sur la scène de l’Espace franco du Festival Folk de Terre-Neuve-et-Labrador.

 

Autres collaborations

L’accordéoniste Aaron Collins s’est joint au duo lors de l’enregistrement de ces trois chansons en français. « Sandy et moi entendions de l’accordéon dans nos têtes en pensant à ces pièces », a raconté Anita Best.  

Sept autres artistes se sont également joints au duo pour apporter des touches contemporaines aux chansons de la tradition terre-neuvienne. Parmi ce groupe, Pamela Morgan et Erin Best chantent également en français et ont déjà occupé la scène de la tente francophone du Festival folk. Par contre, l’addition des autres instruments est discrète, mettant ainsi en évidence le jeu entre la voix et la guitare.

Ainsi, toutes les pièces de Some Songs démontrent une tension créatrice entre, d’une part, les paroles, leur lyrisme ainsi que la voix douce d’Anita Best et, d’autre part, le tempo enlevant et les riffs entraînants à la guitare de Sandy Morris. Leur interprétation de Cliffs of Baccalieu en offre un bel exemple.

Quelles soient écrites il y a des siècles ou plus récemment, l’interprétation par Best et Morris de ces « quelques chansons » introduit toujours un brin de nouveauté que l’on découvre avec ravissement.

Vous pouvez entendre une entrevue avec Anita Best et Sandy Morris réalisée par Heather Barrett de CBC NL lors du lancement de Some Songs à Corner Brook et écouter « quelques chansons ».

Some Songs est en vente en ligne sur le site de Fred’s

Photo de Gaël Fleissner/Archives Le Gaboteur

Cet article a été publié dans Le Gaboteur du 23 avril 2018.


VOUS AIMEZ CET ARTICLE?
ABONNEZ-VOUS POUR AVOIR ACCÈS À TOUT LE CONTENU DU GABOTEUR!

Laisser un commentaire