Communautaire, Immigration, Société, Tous

Souper multiculturel à St. John’s

Le 20 mars dernier, le COMPAS et Franco-Jeunes de Terre-Neuve et du Labrador ont organisé un souper multiculturel au Centre des Grands-Vents de St. John’s. Un peu plus d’une trentaine de personnes de plusieurs horizons culturels s’y sont réunies pour faire l’éloge de ce qu’elles ont en commun: la langue française.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Amélie Barsalou

Maia Mckeown, chanteuse et multi-instrumentiste âgée de 11 ans. Photo: Amélie Barsalou

Ce fut une soirée bien animée pour le premier événement en présentiel organisé par le COMPAS depuis l’arrêt de leurs activités en juillet dernier.

Pour Mehdi Jaouhari, coordonnateur de COMPAS, qui en était à l’organisation de son premier grand événement au sein de la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador, «l’idée [de la soirée] était de souligner la francophonie dans sa diversité au sens large».

Une soirée pour valoriser la diversité


Après une présentation du réseau d’organisateurs de l’événement, ceux-ci laissèrent la place à la jeune artiste Maia Mckeown. Accompagnée de son violon, de sa guitare ou encore de son ukulélé, elle donna un concert de près d’une heure en interprétant de nombreuses chansons d’ici et d’ailleurs. Pour terminer, les personnes présentes se sont rassemblées autour d’un repas mexicain, gracieuseté de Soul Azteka Catering.

En plus de souligner le Mois du multiculturalisme et la Journée internationale de la francophonie cette journée-là, le 21 mars est également la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale décrétée par L’ONU.

«C’était super important de [les] souligner pour nous pour la simple raison que l’avenir de la francophonie et du multiculturalisme dans notre province sera dicté par le degré d’ouverture des communautés accueillantes et leur prédisposition à créer des ponts avec les nouveaux arrivants», explique Mehdi Jaouhari.

Il souhaite que ceux et celles qui ont grandi avec le français, que ce soit en milieu minoritaire ou majoritaire, ou encore qui en ont hérité par la colonisation, puissent tisser des liens afin de créer «une francophonie résiliente et inclusive».

Avec l’allègement des mesures sanitaires en vigueur dans la province, de nombreuses activités pour les nouveaux arrivants seront de retour sous peu, y compris les cafés-rencontres ainsi que le programme de jumelage entre nouveaux arrivants et personnes de la communauté d’accueil. Si vous souhaitez en savoir plus sur les activités ou donner du temps au COMPAS en tant que bénévole, veuillez contacter Mehdi Jaouhari par courriel au [email protected]


Photo: Cody Broderick

Cet article fait partie de notre dossier:

Célébrer et lutter pour la diversité

Le mois de mars marque le mois du multiculturalisme à Terre-Neuve-et-Labrador. Avec la Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars, et la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, le 21 mars, la fin du mois a été marquée par de nombreuses célébrations – et luttes – pour la diversité. (CB)

À lire aussi:

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment