Communautaire, Environnement, Sciences, Société, Tous

[Prix d’excellence de la presse francophone 2021]: De la saleté à l’or au Centre des Grands-Vents

Le 28 novembre dernier, une dizaine de personnes se sont réunies au Centre scolaire et communautaire des Grands-Vents pour le dévoilement du nouveau composteur communautaire. Ce projet, organisé par l’Association communautaire francophone de Saint-Jean
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le 28 novembre dernier, une dizaine de personnes se sont réunies au Centre scolaire et communautaire des Grands-Vents pour le dévoilement du nouveau composteur communautaire. Ce projet, organisé par l’Association communautaire francophone de Saint-Jean (ACFSJ) et les Franco-Jeunes de Terre-Neuve et du Labrador (FJTNL), a été conçu afin de rendre le compostage plus accessible à la communauté. Pour souligner le lancement, l’auteur et jardinier montréalais, Larry Hodgson, a donné une présentation virtuelle afin d’aider les gens à penser plus vert en matière de déchets.

Cody Broderick

Lorsque Clare Wilcox de l’ACFSJ a planté son idée d’un bac de compostage communautaire, Gaston Létourneau des FJTNL était prêt à la faire éclore. Résultat? Fin novembre, le travail d’équipe des deux organismes a permis l’installation de deux bacs de compostage communautaires à l’extérieur du Centre de Grands-Vents à St. John’s.

Pour fêter le lancement des bacs, les deux organismes communautaires ont organisé une présentation avec Larry Hodgson, auteur et «jardinier paresseux» autoproclamé, pour expliquer ce qu’est le compostage et donner quelques conseils sur la meilleure façon de le faire.

«Larry, c’est ton tour. T’es tout seul à l’écran, chanceux!» a commenté Gaston Létourneau. Avec tous les yeux et toutes les oreilles rivés sur le Montréalais, le groupe s’est plongé dans les «sales détails» du compostage.

Le compostage, ou la délicatesse d’une plante

Selon Larry, le meilleur aspect du compostage est qu’il est facile et peut être fait n’importe où. Même à l’école. Outre la création d’aliments nutritifs pour les plantes, le compostage peut nous apprendre à être plus écologiques et à travailler ensemble pour protéger l’environnement. Un projet parfait pour une école et la communauté qui l’entoure.

Mais comment se déroule le processus de compostage? Un jour, vous regardez des coquilles d’œufs, du café moulu et des feuilles mortes, et peu après, vous trouvez une substance qui ressemble à de la terre. 

À la base, le compostage consiste à utiliser l’air de manière à décomposer les déchets pour créer de l’engrais pour les plantes. C’est la présence des microbes aérobies dans le bac de compostage, qui ont besoin d’oxygène pour se développer, qui contribuent énormément à la transformation des déchets en compost. Chaleur et humidité sont nécessaires pour aider le processus.

Ensuite le compost devient de la nourriture pour les plantes. C’est ça, le compostage, explique le présentateur: recycler et «utiliser [les déchets] de façon logique.» De manière «éco-logique» pourrait-on rajouter.

Et bien que le recyclage et le compostage semblent être une invention entièrement humaine, Dame Nature nous a en fait devancés. Si vous vous promenez dans les bois en automne, vous remarquerez toutes les feuilles qui sont tombées sur le sol. Ces feuilles en décomposition sont appelées «litière forestière.» Une fois décomposées, les arbres qui perdent leurs feuilles réutilisent ces nouveaux nutriments présents dans le sol pour leur croissance.

Donc ce qui était autrefois des déchets ou des feuilles mortes devient l’équivalent d’un robuste Jigg’s Dinner pour les plantes. Mais au lieu de comparer le compostage à un Jigg’s Dinner, le jardinier québécois préfère parler de la fabrication d’un gâteau.

Tout comme pour la cuisson d’un gâteau, le compostage nécessite juste la bonne quantité d’ingrédients et les bonnes conditions. La recette parfaite? Mélangez des déchets, moitié verts et moitié bruns, ou des déchets humides et des déchets secs. Les matières vertes, qui contiennent beaucoup d’azote nécessaire à votre gâteau de terre, peuvent être par exemple des tontes d’herbe, du marc de café, des sachets de thé ou des restes de fruits et légumes. Les matières brunes, qui contiennent le carbone nécessaire, comprennent les feuilles mortes, les brindilles, le papier et la sciure de bois, parmi d’autres déchets.

Conseils du Jardinier Paresseux

Avec tous ces déchets, on peut penser que le bac à compost va sentir mauvais. Wrong! Contrairement à ce que certains pourraient penser, ce n’est pas le cas. Grâce aux microbes aérobies, ils donnent au compost une odeur qui ressemble à celle d’«une forêt après la pluie,» selon Larry.

Le problème d’odeur se pose seulement lorsqu’il n’y a pas assez d’air dans le bac à compost. Si vous ne mélangez pas ou ne retournez pas périodiquement le compost, l’air qui pénètre dans le compost ne sera pas suffisant pour permettre aux microbes aérobies de se développer. Au lieu de cela, vous vous retrouvez avec des microbes d’anaérobie qui sentent en effet assez mauvais.

La solution? Ajoutez plus de déchets bruns pour équilibrer le tout ou drainez le liquide du bac. Vous aurez rarement besoin d’y ajouter de l’eau. Pour les bacs de compostage installés à l’école, c’est encore plus facile à gérer: à chaque fois que du compost est ajouté, il suffit de  faire pivoter complètement le bac pour laisser entrer l’air. Ce sont les fameux composteurs rotatifs ou tumbler style compost en anglais. 

Et comme pour chaque gâteau, il y a généralement un ingrédient spécial pour que tout fonctionne parfaitement. Lorsque vous commencez à composter, la première fois que vous mettez vos déchets dans le bac, le tour de magie consiste à y ajouter également une poignée de terre. Pourquoi? Dans une seule poignée de terre, il y a plus de 500 espèces de microbes qui contribuent à accélérer le processus de compostage.

Chaque participant au lancement a reçu son propre seau pour commencer à collecter les déchets à la maison et les ajouter aux bacs de la communauté. Et selon Gaston Létourneau, il en reste encore beaucoup pour ceux qui souhaitent y participer.

Pour les néophytes, un conseil pour garder votre seau relativement propre: tapisser-le de papier, qui absorbe tous les liquides et pourra être ajouté au bac avec le reste de vos déchets. Pour un résultat plus rapide, déchirez vos déchets et faites-les aussi petits que possible. Et si vous compostez à la maison, le grillage métallique sera votre meilleur ami pour éviter les rats.

Grâce aux bacs de compostage, l’ACFSJ et les FJTNL prouvent que les ordures organiques des humains peuvent devenir le trésor des plantes.

Photo: Cody Broderick

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment