Économie et affaires, Société, Tous

L’ouest du Labrador fortement touché

La pénurie de logements qui sévit actuellement au pays n’épargne pas la région de l’ouest du Labrador et constitue un problème criant qui nuit grandement aux petites et moyennes entreprises (PME). En effet, les commerces et les organisations de moindre envergure peinent à recruter du personnel afin de combler leurs besoins de main d’œuvre.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Éric Cyr

Le phénomène des travailleurs volants (les fly-in/fly-out) vient accentuer le caractère incertain du recrutement local, compte tenu de l’absence d’endroits où loger d’éventuels employés. 

Selon la doyenne de la petite communauté francophone à Labrador City, Lise Boucher: «Ce n’est pas une situation nouvelle puisque le logement est au cœur des préoccupations chaque fois que le cycle des métaux est à la hausse pour ensuite être relayé aux oubliettes. On discutait déjà du sujet lors du dernier boom minier durant lequel certains citoyens ayant habité ici toute leur vie et ne touchant pas de salaires équivalents à ceux du domaine minier ont dû se résigner à contrecœur à déménager ailleurs à la suite de l’augmentation exorbitante du prix des loyers convoités par plusieurs.» C’est aussi le cas de certaines femmes victimes de violence conjugale qui ont dû quitter leur foyer par nécessité et qui ne réussissent pas à se reloger. 

Photo: Archives du Gaboteur

Parc immobilier sous tension

Malheureusement, la loi de l’offre et de la demande prévaut et le prix des logements a grimpé pour atteindre des sommets. Les minières, qui contribuent à créer la pénurie en offrant des salaires alléchants, ont le beau jeu. Même si, sauf exception, elles n’emploient pas directement de travailleurs de l’extérieur de la région, grâce à la résistance et à l’opposition inflexible du Syndicat des Métallos/Steelworkers, elles profitent grandement de la tendance puisque la très vaste majorité des entrepreneurs et des sous-traitants qui œuvrent pour l’industrie minière le fait.

Le libre marché immobilier s’est installé depuis le milieu des années 1970 dans la région ouest du Labrador à la suite de contestations judiciaires par d’anciens employés des compagnies minières souhaitant conserver leurs maisons achetées à leur ancien employeur. Ceux-ci ont fait valoir leurs droits et ont obtenu gain de cause. Il existe cependant actuellement une réelle rareté de logements à Labrador City et à Wabush, où le parc immobilier ne réussit pas à combler les besoins grandissants, et où les prix ont subi un bond important. 

C’est presque mission impossible de trouver présentement un endroit où se loger. Certains entrepreneurs, notamment Dexter Construction, ont dû par le passé se résigner à construire des unités d’habitation afin d’accommoder leurs travailleurs. Un autre entrepreneur, PG Construction & Expertise, a récemment acheté l’Hôtel Wabush pour y loger ses employés, ce qui, selon ses calculs, lui revenait moins cher que de les loger ailleurs dans la communauté. 

Urgence d’agir

Même si la situation est connue et étudiée par le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, aucune solution à court et à moyen terme n’a été envisagée pour l’instant.

Autre problème, malgré une population vieillissante, il n’existe aucune résidence pour aînés au Labrador Ouest où les visiteurs et les touristes doivent prévoir leur séjour plusieurs mois à l’avance afin d’avoir une chance de réserver une chambre d’hôtel. 

Plusieurs citoyens dénoncent cette tendance inquiétante et tentent de sensibiliser les administrations municipales, qui selon eux devraient se pencher sur la problématique afin de tenter de trouver des avenues destinées à aider les commerces et les organismes locaux à loger certains de leurs employés. Sujet sensible, plusieurs résidents dénoncent le manque d’accommodement résidentiel et de services pour les personnes âgées qui souhaitent demeurer sur place auprès de leurs familles. 

Malgré la gravité de la situation et les problèmes qui en découlent, certaines suggestions de résidents sont intéressantes notamment la possibilité pour le gouvernement de subventionner de nouvelles constructions domiciliaires et d’instaurer des rabais de taxes à d’éventuels constructeurs qui seraient prêts à faire grandir le bassin immobilier dans la région. À savoir si ces suggestions seront retenues et mises en place, c’est à voir…


Photo: Sara Teinturier

Cet article fait partie de notre dossier:

Quand se loger devient mission impossible

Dans la région ouest du Labrador, les mines tournent actuellement à plein régime et provoquent une arrivée importante de main-d’œuvre dans la région qu’il faut loger, mission presque impossible en ce moment. Si l’enjeu du logement dans la région ne date pas d’hier, il continue d’inquiéter. Le Gaboteur se penche sur la crise actuelle dans ce dossier.

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment