Économie et affaires, Société, Tous

La grève est déclenchée…

Dans l’édition du 31 mai 2021, il manque une partie de cette article en pages 3 et 10 de la version papier….Elle a disparu! Le Gaboteur publie donc l’article dans son entièreté ici: Événement annonciateur de la grève à venir chez ArcelorMittal
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans l’édition du 31 mai 2021, il manque une partie de cette article en pages 3 et 10 de la version papier….Elle a disparu! Le Gaboteur publie donc l’article dans son entièreté ici:

Événement annonciateur de la grève à venir chez ArcelorMittal sur la Côte-Nord du Québec, un rassemblement regroupant plusieurs centaines d’employés de la minière s’est tenu le 10 mai dernier à l’entrée de la ville de Fermont au Québec, la municipalité voisine de Labrador City. Des travailleurs gonflés à bloc, accompagnés de membres de leurs familles, scandaient des cris de ralliement sur des airs de solidarité.

 Éric Cyr

Le rassemblement s’est tenu avant même la publication des résultats du vote des membres du Syndicat des Métallos au sujet de l’offre finale de l’entreprise. Le verdict est tombé peu après, un rejet très fortement majoritaire de l’offre patronale oscillant de 97% à 99,6% dans les cinq accréditations syndicales des Métallos représentant 2500 employés d’ArcelorMittal sur la Côte-Nord du Québec.

Refus sans équivoque

Le rejet de la proposition presque presque à l’unanimité a ainsi sonné le glas des négociations. Des piquets de grève ont rapidement été érigés en permanence devant les installations de la compagnie sur le site des mines de fer du Mont-Wright et de Fire Lake ainsi qu’à Port-Cartier.

C’est avec pour slogan «Les ressources d’ici pour l’économie d’ici» que le déclenchement de la grève générale illimitée s’en est donc suivi le même jour pour les syndiqués de l’entreprise dans l’ensemble de ses installations nord-côtières incluant les bureaux, les mines, le chemin de fer, l’usine de bouletage et le port.

Solidarité syndicale mondiale

La solidarité syndicale dépasse les frontières. La cause des Métallos de la Côte-Nord est soutenue par des travailleurs brésiliens et européens, notamment de France. La Confédération générale du travail (CGT), l’un des plus importants syndicats français de salariés qui regroupe plus d’un million et demi d’adhérents, a offert son appui à la cause des grévistes d’ArcelorMittal. Selon le secrétaire général de l’Union locale CGT Romilly-Nogent, Christophe Latrasse, «la compagnie fait des bénéfices, mais veut négocier à la baisse. Ceci est inacceptable. Au nom de l’UL CGT Romilly-Nogent, nous apportons notre soutien aux camarades du Syndicat des Métallos dans leur lutte qui, nous l’espérons, sera victorieuse.»

Appui transfrontalier

Le 12 mai, c’était au tour de deux délégations du Syndicat des United Steelworkers/Métallos du Labrador Ouest (district 6) – soit les sections locales 5795 de la minière Rio Tinto IOC et 6731 de l’entreprise d’explosifs Orica à Labrador City – de se rendre à la rencontre des syndiqués en grève à la barrière de sécurité de la mine du Mont-Wright afin d’exprimer leur appui à leurs confrères. Ils ont été accueillis par le vice-président de la section locale 5778, Pascal Michaud.

Le président de la section 5795 à Labrador City, Mike Furlong, a témoigné de l’importance des liens solides qui existent entre les syndiqués du domaine minier. Il a déclaré que son unité syndicale appuie les revendications des travailleurs d’ArcelorMittal qui sont, selon lui, pleinement justifiées. Comme le veut la tradition lors d’une grève, les représentants syndicaux du Labrador Ouest ont apporté du café et des beignets à leurs confrères fermontois. Le président de la section 6285 de la minière Tacora Resources à Wabush au Labrador, Collin Cook, a également prévu de se rendre appuyer les Métallos de Fermont.

Aide financière

La même journée, lors de leur réunion mensuelle, les syndiqués de l’unité 5795 de Labrador City ont voté pour faire un don d’un dollar par membre pour chaque semaine de grève au groupement syndical 5778. Dans une lettre publiée sur la page Facebook USW 5795 le 14 mai, Mike Furlong a aussi invité les membres qu’il représente à aller encourager les grévistes d’ArcelorMittal sur le piquet de grève à l’entrée de la mine du Mont-Wright. Comment? En leur apportant du café, des beignets et des bûches, tout en portant un couvre-visage afin de respecter les mesures sanitaires en vigueur liées à la pandémie. D’autres sections locales des Métallos d’ArcelorMittal en Montérégie et à Montréal, 6586, 8060, 6586-2, 6951, 8897 et 9399, ont aussi annoncé un appui financier récurrent.

Le 20 mai, les Métallos de Minerai de fer Québec -une filiale de Champion Iron, qui exploite la mine du Lac Bloom située à proximité de Fermont et dont le minerai transite par le Labrador – ont à leur tour fait un don important aux grévistes. Le président de la section locale 9996, Yves Lapierre, a remis un chèque de 25 000$ aux grévistes à Sept-Îles. «Nous sommes actuellement en négociation nous-mêmes et plusieurs des réalités évoquées par nos confrères et consœurs sont aussi les nôtres. Nous partageons le même milieu de vie fermontois. Les voisins d’ArcelorMittal, que nous côtoyons à Fermont au quotidien, nous ont toujours soutenus, même lorsque les perspectives étaient plus difficiles, comme lors de la mise en veille. C’était pour nous un devoir d’être là quand nos confrères et consœurs en ont besoin.»

Les syndiqués Métallos de la minière Rio Tinto IOC de Sept-Îles ont imité le geste de leurs collègues de Labrador City en faisant également un don. Des représentants  des travailleurs et travailleuses de la minière IOC à Sept-Îles de la section locale 9344 sont allés sur la ligne de piquetage d’ArcelorMittal à Port-Cartier, le 21 mai 2021, pour appuyer les grévistes. Ils ont remis un chèque d’une somme de 5000$ aux grévistes et annoncé qu’ils donneront à partir du 1er juin un montant de 10$ par membre par mois, soit 3400$, pour la durée du conflit.

«On travaille peut-être pour des employeurs qui sont en compétition les uns avec les autres, mais nous les travailleurs des minières, nous sommes tous des Métallos, nous sommes des Nord-Côtiers, nous avons tous à cœur l’économie et la vitalité de notre région. Le slogan de la grève des confrères et consoeurs d’ArcelorMittal, “Les richesses d’ici pour l’économie d’ici”, illustre aussi très bien notre réalité», explique le président de l’unité 9344, Eddy Wright.

Le conflit de travail et la lutte syndicale se poursuivent donc depuis le 10 mai dernier.

Aide financière

La même journée, lors de leur réunion mensuelle, les syndiqués de l’unité 5795 de Labrador City ont voté pour faire un don d’un dollar par membre pour chaque semaine de grève au groupement syndical 5778. Dans une lettre publiée sur la page Facebook USW 5795 le 14 mai, Mike Furlong a aussi invité les membres qu’il représente à aller encourager les grévistes d’ArcelorMittal sur le piquet de grève à l’entrée de la mine du Mont-Wright. Comment? En leur apportant du café, des beignets et des bûches, tout en portant un couvre-visage afin de respecter les mesures sanitaires en vigueur liées à la pandémie. D’autres sections locales des Métallos d’ArcelorMittal en Montérégie et à Montréal, 6586, 8060, 6586-2, 6951, 8897 et 9399, ont aussi annoncé un appui financier récurrent.

Le 20 mai, les Métallos de Minerai de fer Québec -une filiale de Champion Iron, qui exploite la mine du Lac Bloom située à proximité de Fermont et dont le minerai transite par le Labrador – ont à leur tour fait un don important aux grévistes. Le président de la section locale 9996, Yves Lapierre, a remis un chèque de 25 000$ aux grévistes à Sept-Îles. «Nous sommes actuellement en négociation nous-mêmes et plusieurs des réalités évoquées par nos confrères et consœurs sont aussi les nôtres. Nous partageons le même milieu de vie fermontois. Les voisins d’ArcelorMittal, que nous côtoyons à Fermont au quotidien, nous ont toujours soutenus, même lorsque les perspectives étaient plus difficiles, comme lors de la mise en veille. C’était pour nous un devoir d’être là quand nos confrères et consœurs en ont besoin.»

Les syndiqués Métallos de la minière Rio Tinto IOC de Sept-Îles ont imité le geste de leurs collègues de Labrador City en faisant également un don. Des représentants  des travailleurs et travailleuses de la minière IOC à Sept-Îles de la section locale 9344 sont allés sur la ligne de piquetage d’ArcelorMittal à Port-Cartier, le 21 mai 2021, pour appuyer les grévistes. Ils ont remis un chèque d’une somme de 5000$ aux grévistes et annoncé qu’ils donneront à partir du 1er juin un montant de 10$ par membre par mois, soit 3400$, pour la durée du conflit.

«On travaille peut-être pour des employeurs qui sont en compétition les uns avec les autres, mais nous les travailleurs des minières, nous sommes tous des Métallos, nous sommes des Nord-Côtiers, nous avons tous à cœur l’économie et la vitalité de notre région. Le slogan de la grève des confrères et consoeurs d’ArcelorMittal, “Les richesses d’ici pour l’économie d’ici”, illustre aussi très bien notre réalité», explique le président de l’unité 9344, Eddy Wright.

Le conflit de travail et la lutte syndicale se poursuivent donc depuis le 10 mai dernier.

Le Syndicat des Métallos (United Steelworkers) représente 2500 travailleurs et travailleuses de la compagnie ArcelorMittal Mines Canada à Port-Cartier, Fermont et Fire Lake. Le Syndicat des Métallos, affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques. (EC)

Photo: : Arrivée d’une délégation du Syndicat des Métallos de Labrador City à la mine de fer du Mont-Wright d’ArcelorMittal en soutien aux grévistes de Fermont. (Éric Cyr)

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment