Opinions, Tous

«Je souffre de la dépression saisonnière»

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Shannon Dinn


En général, les symptômes de ma dépression commencent à la fin du mois de septembre. Février est également un mois particulièrement difficile. Non seulement je me sens démotivée ou facilement irritée, mais mon anxiété et mes pensées excessives semblent également s’intensifier pendant ces périodes. Je me couche tard et je me lève tard lorsque je n’ai pas de cours ou que je ne travaille pas. Parfois, je n’ai pas du tout envie de sortir du lit et je souffre d’un manque d’appétit.

Dans le passé, j’ai eu du mal à me concentrer sur mes études et mon travail à cause de la dépression. J’ai tout entendu: «tu es paresseuse», «je pensais que tu étais plus intelligente que ça», «pourquoi tu ne te soucies pas de l’école?», «tu restes à la maison, encore?!», etc. En effet, je trouvais la pression de l’université ainsi que celle du travail beaucoup trop forte, surtout lorsque ces deux pressions m’affligeaient en même temps. De plus, j’avais peur de partager mon expérience avec mes amis et ma famille, car je ne comprenais pas ce qui se passait.  

Je dois admettre que ma première expérience à l’université a été un défi avec de nombreux échecs, mais j’ai finalement réussi. Ça fait cinq ans que j’ai reçu mon diplôme. De plus, je suis récemment retournée à l’école pour reprendre mes études à la Faculté d’éducation, tout en travaillant à temps partiel. Bien que les journées soient épuisantes, je suis maintenant capable de mieux les gérer.

Des bons et des mauvais jours

J’utilise des stratégies pour améliorer ma vie quotidienne et assumer mes responsabilités en tant qu’adulte. Cette fois, je sais à quoi m’attendre en ce qui concerne les symptômes qui apparaissent avec les changements de saison. J’essaie de maîtriser mon alimentation. Il y a encore les problèmes de sommeil, mais je fais un effort pour me coucher à une heure raisonnable. Je prends également des suppléments de vitamine D et j’évite de boire trop de café, car la boisson augmente mon anxiété. J’ai arrêté de boire de l’alcool il y a deux mois.

Cependant, malgré ces efforts, il y a toujours de mauvais jours. Il y a des nuits où je dors peu et où le lendemain matin est un enfer. Se réveiller dans le noir d’hiver et aller au travail est désagréable. Il y a des jours où je ne mange pas et où mon anxiété est plus forte que d’habitude. Parfois, je me sens complètement épuisée et incapable de faire le minimum. 

C’est un combat difficile, mais je suis quand même fière de mes progrès. Je me rappelle souvent le succès et la raison pour laquelle je travaille dur. J’ai également appris l’importance de faire des pauses et de ne pas me sentir coupable de les faire. 

Terre-neuvienne d’origine, Shannon Dinn a vécu pendant deux ans en France et une troisième année à Montréal, avant de revenir dans sa province natale. Elle vit aujourd’hui à St. John’s où elle poursuit son baccalauréat en éducation. Photo: Courtoisie Shannon Dinn

Cet article fait partie de notre dossier: Quand la grisaille s’installe dans notre tête

Ahhh l’automne… Déambuler en respirant l’odeur sucrée des feuilles qui craquent sous nos pas, un café latte à la citrouille à la main… Mais derrière ces doux et simples plaisirs automnaux se cache parfois une certaine part de tristesse: dire au revoir aux aventures estivales, à notre beau jardin fleuri et surtout, aux longues journées ensoleillées. Dans ce dossier, Le Gaboteur s’intéresse plus particulièrement aux impacts de l’arrivée de l’automne sur notre santé mentale. Pas pour assombrir les choses, mais pour mettre en partage certaines expériences qui sont plus répandues qu’on pourrait vouloir le croire.

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment