Économie et affaires, Société, Tous

La population de Terre-Neuve-et-Labrador en baisse

Terre-Neuve-et-Labrador a encore une fois fait tristement les manchettes lors du dévoilement des premières données du recensement 2021: sa population a connu une baisse de 1,8% depuis cinq ans, pour s’établir à 510 550 personnes, soit  près de 9000 de moins qu’en 2016.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Jacinthe Tremblay 

IJL – Réseau.Presse – Le Gaboteur

Recensement 2021

La majorité de cette décroissance démographique est dans les communautés rurales de la province. Leur population a connu une baisse de 6,4%, passant de près de 218 000 personnes à quelque 204 000.  Statistique Canada attribue cette catégorie aux communautés où vivent moins de 1000 personnes et où la densité de la population est inférieure à 400 habitants par kilomètres carrés. 

Les localités urbaines de Terre-Neuve-et-Labrador ont pour leur part connu une croissance de 1,6%, principalement concentrée dans la région de la capitale, St. John’s. 

Zoom francophone 

C’est le secteur nord-est de la péninsule d’Avalon qui a connu la croissance la plus importante dans la région métropolitaine de St. John’s entre 2016 et 2021. Crédit: Statistique Canada

Bien que ce premier volet de dévoilement des résultats du recensement de 2021 fournisse des données très générales sur l’évolution de la population de la province depuis 2016, il permet néanmoins de donner un aperçu du contexte démographique dans lequel évolue maintenant le mouvement associatif francophone de la province et les établissements actuels du Conseil scolaire francophone provincial (CSFP). 

Bonne nouvelle au Labrador, les localités qui possèdent des antennes associatives et des écoles du CSFP ont connu soit une légère croissance ou soit une infime réduction de leur population entre 2016 et 2021. Ensemble, les villes de Labrador City et Wabush, qui représentent le territoire desservi par le Centre éducatif l’ENVOL, à Labrador City, ont vu leur population passer de 9126 à 9376 personnes.  De son côté, la population de Happy Valley-Goose Bay, qui accueille l’école Boréale, est passée de 8109 personnes à 8040. Elle est donc pratiquement la même qu’en 2016.  

Bonne nouvelle également pour la région métropolitaine de St. John’s, qui représente le territoire desservi par l’École des Grands-Vents (M-6) et l’École Rocher-du-Nord (7-12). La population a augmenté,  dans les localités de St. John’s, Paradise, Conception Bay South, Logy Bay-Middle Cove et Portugal Cove-St. Philip’s. La surprise de ce recensement est la diminution de 500 personnes de la population de Mount Pearl. Autre surprise, peut-être, est l’augmentation de près de 2000 personnes de la circonscription fédérale de St. John’s East, qui couvre le secteur nord-est de la péninsule d’Avalon, alors que celle de St. John’s South-Mount Pearl a connu une diminution de près de 450 personnes.  

La situation la plus préoccupante pour la francophonie provinciale est celle de la péninsule de Port-au-Port, sur la côte ouest de l’île de Terre-Neuve. Le CSFP y compte deux écoles, situées à Cap-Saint-Georges et à La Grand’Terre. Entre les recensements de 2016 et 2021, la population de cette péninsule a diminué d’environ 13%, passant de 3417 à 2970 personnes. À elles seules, les trois localités où sont actives des associations communautaires francophones, soit Cap-Saint-Georges, La Grand’Terre et l’Anse-à-Canards, ont ensemble vu leur population diminuer de près de 150 personnes. 

En hausse, en baisse 

Statistique Canada a dressé des palmarès de la croissance et de la décroissance les plus marquées en pourcentage entre 2016 et 2021 parmi les municipalités de 5 000 habitants et plus de la province.

Paradise, avec une hausse de 7,3% de sa population, arrive en tête du palmarès de la croissance. Cette localité de la région métropolitaine de St. John’s est suivie par Clarenville, dans la région centrale  (6,6%) Conception Bay South (3,7%) et Portugal Cove-St. Philip’s (3,3%), également dans la région de la capitale; et Labrador City, au Labrador (3,3%). 

À l’inverse, Mount Pearl, la voisine de St. John’s, arrive en tête de la décroissance avec une baisse de 2,8% de sa population parmi les localités de 5 000 habitants et plus. Les autres municipalités  touchées par les plus importantes réductions de leur population, toujours en pourcentage, sont Corner Brook (-2,4%), Grand Falls-Windsor (-2,2%), Marystown (-2,1%) et Stephenville (-1,3%).


À lire aussi:


Âge et langue à venir 

Il est trop tôt pour évaluer les impacts de ces changements sur la francophonie de Terre-Neuve-et-Labrador dans la mesure où les données diffusées par Statistique Canada le 9 février dernier n’indiquent pas la répartition de ces populations par groupe d’âge, une donnée particulièrement cruciale pour faire des prévisions de fréquentation scolaire. Ces informations seront diffusées par Statistique Canada le 27 avril prochain.

Il faudra de plus attendre jusqu’au 17 juillet prochain pour connaître le portrait linguistique de la province par localité. Rappelons que des changements introduits dans l’enquête pour le recensement de 2021 devraient permettre d’avoir des informations plus précises sur le nombre d’ayants droit à l’enseignement en français langue première dans les provinces et territoires où le français est minoritaire. 

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment