À La Une, Communautaire, Société, Tous

La capitale célèbre la Journée de la francophonie provinciale

Le lundi 30 mai, la Journée de la francophonie provinciale a été soulignée aux quatre coins de la province. Dans la capitale, des célébrations ont eu lieu à l’édifice de la Confédération en présence de la ministre des Affaires francophones, l’honorable Sarah Stoodley. 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Mohamed Salah Eddine Madiou

La Journée de la francophonie provinciale est considérée comme un symbole identitaire, culturel et linguistique, et une opportunité pour célébrer la langue française et ses différentes expressions culturelles. Dans une interview, Madame Danielle Morin, vice-présidente de la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL), explique que l’objectif principal de cette Journée «est de rassembler les francophones [et] dire qu’on est là, qu’on existe et aussi qu’on fait l’histoire de la francophonie dans la province». 

Charly Mini et Manon Laverriere hissent le drapeau francophone de TNL à l’hôtel de ville de St. John’s avec la conseillère municipale bilingue Maggie Burton et son bébé. C’est en 1987 que ce drapeau a été levé pour la première fois. Photo: Courtoisie Manon Laverriere

Dans son discours d’introduction, la ministre des Affaires francophones, Sarah Stoodley, rappelle qu’un décret a été signé en 1999 afin de reconnaître le 30 mai de chaque année comme la Journée de la francophonie provinciale. Depuis, ajoute-t-elle, «le gouvernement de Terre-Neuve et Labrador a montré son engagement à travailler avec la communauté francophone et à l’aider à réaliser ses objectifs». Elle donne l’exemple du bureau de l’état civil qui, en automne 2020, a changé les certificats de naissance, de décès et de mariage, qui jusqu’alors n’étaient disponibles qu’en anglais. Ces documents d’État sont désormais bilingues.

Une reprise post-pandémique

La célébration de cette Journée, qui se tient habituellement chaque année, a été malheureusement interrompue par la pandémie en 2020 et n’a donc pas été célébrée pendant deux ans. «Certaines activités»,  regrette Madame Morin dans son discours, «ont été réduites, ce qui a limité les possibilités de s’épanouir en français». Et d’ajouter: «nos artistes n’ont pas pu produire, exposer et faire rayonner leur art. Ils ont beaucoup souffert. Et tout cela a malheureusement favorisé l’assimilation contre laquelle notre communauté lutte depuis toujours». 

La cérémonie de 2022 a été animée par plusieurs chants, notamment l’«Hymne à Terre-Neuve», «Santiano» et l’hymne national en version française, menés par la chorale la Rose des Vents. L’événement a également été marqué par plusieurs discours d’élèves de l’École Rocher-du-Nord, notamment Juliette Mini, Aaliyah Yoga, Florence Doyon, et Maya Marmouche. «La francophonie nous donne un sentiment d’appartenance. Durant cette journée, on célèbre la langue française et la culture francophone. Je fais partie de la francophonie et la francophonie fait partie de moi», dit fièrement cette dernière. 

Enfin, l’évènement s’est clôt par la levée du drapeau francophone de la province par la ministre et la vice-présidente de la FFTNL. 

«Cette Journée est importante parce que c’est une reconnaissance de notre présence que ce soit ici, au Labrador ou sur la côte ouest. Ça nous permet de vivre et de fonctionner en français», ajoute Danielle Morin.

Juliette Mini, Aaliyah Yoga, Florence Doyon, et Maya Marmouche montrent leurs petits drapeaux avec la ministre des Affaires francophones, Sarah Stoodley, et Danielle Morin de la FFTNL. Pour rappel, les couleurs bleu, blanc et rouge représentent les origines françaises tandis que le jaune représente les origines acadiennes. Les voiles évoquent la venue des premiers Européens et leur gonflement évoque le progrès. La voile en haut du drapeau est décorée d’une branche de tamarack, qui est le symbole du Labrador, et la voile du bas est décorée d’une sarracénie, qui est le symbole de Terre-Neuve. Photo: Mohamed Salah Eddine Madiou

À lire aussi: Le 30 mai célébré au «Pays du bon Dieu»

Les commentaires sont modérés par l’équipe du Gaboteur et approuvés seulement s’ils respectent les règles en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre premier commentaire.

Laisser un commentaire

Choisir votre option d'abonnement au Gaboteur

Numérique

(web + tablette + mobile)
Annuler à tout moment

Papier

(accès numérique inclus)
Annuler à tout moment

Infolettre

(des courriels de nous)
Annuler à tout moment