65, Chemin Ridge, St. John's, TNL

709 753-9585 info@gaboteur.ca

Casse-Noisette en tournée! – Le Gaboteur 3 décembre 2018

Le Gaboteur 3 décembre 2018 Casse-Noisette Nutcracker

Voilà maintenant plus de trois décennies que Casse-Noisette sème la magie de Noël à St. John’s. Depuis bientôt 10 ans, Martin Vallée assure la direction artistique de ce célèbre ballet, qui sera en tournée pour la toute première fois en dehors de la capitale, à Gander et Stephenville. Si Casse-Noisette est si spectaculaire, c’est grâce à une armée de jeunes danseurs qui n’ont qu’une envie : faire partie de la féérie. Chaque année, ils sont des centaines à auditionner dans l’espoir de monter sur scène. Un mois avant la grande première, notre journaliste a assisté à l’une des répétitions avec les petits danseurs, en plus de recueillir les témoignages d’une nouvelle recrue âgée de 8 ans et d’une ancienne participante de 15 ans. Un dossier féérique, à lire en pages 6 et 7.

Le Gaboteur 3 décembre 2018 Casse-Noisette NutcrackerEN MANCHETTE

Maintien de l’après-école et des prématernelles de St. John’s – Le 22 novembre, à la veille de la réunion de son conseil provincial, la directrice générale de la Fédération des parents francophones de Terre-Neuve et du Labrador, Martine Fillion, a lancé un appel à la mobilisation aux parents de St. John’s, absents des instances de l’organisme depuis plus de 18 mois. Dans un message envoyé aux membres, madame Fillion a menacé de suspendre les services de prématernelle et d’après-école à St. John’s si les parents ne s’impliquaient pas. En page 2, compte rendu d’une AGA qui s’est déroulée sans remous grâce à des parents soucieux que ces services soient maintenus.

Ce déversement pétrolier qu’on ne voit pas… – Le 16 novembre dernier, 250 tonnes de pétrole se sont déversées dans l’océan au large de Terre-Neuve, l’équivalent de 1572 barils ou encore de 250 000 litres. Dans la foulée du plus important déversement de l’histoire pétrolière terre-neuvienne, des voix nombreuses réclament des mécanismes de surveillance indépendants de l’industrie. Détails en page 3

Une cabane au Boutte du Cap en 1984 – La visite du Gaboteur sur la péninsule de Port-au-Port en novembre dernier a ravivé bien des souvenirs chez la Québécoise Martine Lalande, une ancienne participante du programme Katimavik. Depuis plus de 40 ans, ce programme fédéral permet à des jeunes Canadiens de vivre une expérience de voyage immersive et linguistique dans trois provinces différentes en échange de travail bénévole dans les communautés qui les accueillent. Retour en arrière en page 12 avec Martine Lalande, qui a eu la chance de vivre trois mois à Cap-Saint-Georges en 1984.

À LIRE AUSSI DANS CE NUMÉRO

La francophonie associative de Terre-Neuve-et-Labrador : les chiffres de 2017-2018 – page 2

Le Prix du parent à Jodi MacPhail de Happy Valley-Goose Bay – page 2

Les frappes de Doug Ford indignent la francophonie canadienne – page 3

Des nouvelles de nous – page 4

Festivaliers au rendez-vous malgré le vent – page 5

Le 7e art québécois à St. John’s – page 5

Ateliers d’artisanat pour les 50 ans et plus à Port-au-Port – page 5

La formation annuelle des éducatrices s’attaque aux tabous – page 8

Des jeunes d’ici en visite sur l’île au sable rouge – page 9

Où rencontrer le père Noël? – page 9

Qui? Quoi? Quand? – Il y a 30 ans, au Labrador… – page 10


CONSULTEZ L’ÉDITION NUMÉRIQUE
DU 3 DÉCEMBRE 2018 

Laisser un commentaire