65, Chemin Ridge, St.John's, NL

(709) 753-9585 info@gaboteur.ca

Le Gaboteur – Aperçu – 10 avril 2017

Magnifique Mistaken Point. En 2016, ce site fossilifère, situé à l’extrémité sud-est de la péninsule d’Avalon, à Terre-Neuve, a été inscrit dans la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ses falaises accidentées datent de la période de l’Édiacarien (580-560 millions d’années). On y trouve les plus anciens assemblages de grands fossiles connus. La biologiste marine Suzanne Dufour, de l’Université Memorial, a percé le mystère de l’identité de ces fossiles avec son collège paléontologue Ducan McIlRoy. Madame Dufour explique leur découverte en page 7 de cette édition. L’artiste textile Kelly Jane Bruton est également fascinée par Mistaken Point : elle en a fait des oeuvres d’art dont quelques-unes sont reproduites en page 16 de ce premier numéro du Gaboteur d’avril 2017.

En manchette

Inquiétudes sur le saumon d’élevage

La multinationale norvégienne Grieg prévoit d’implanter dans la baie de Plaisance une énorme ferme d’élevage de saumons. En réaction, une nouvelle coalition regroupant une vingtaine d’organisations environnementales a été lancée le 28 mars, avec pour objectif de réglementer plus strictement l’industrie de l’aquaculture à Terre-Neuve-et-Labrador.

Michel Rivard est venu voir la mer

Le 20 mars, la chorale des élèves de l’École des Grands-Vents de Saint-Jean a reçu les renforts d’une voix célèbre : Michel Rivard en personne! Invité en secret par l’émission En direct de l’univers de Radio-Canada, l’auteur-compositeur québécois s’est caché pendant quelques minutes dans les toilettes de l’établissement avant d’apparaître quand les élèves ont entonné « Je voudrais voir la mer », une de ses célèbres compositions. Filmés par Radio-Canada, les élèves ont fait de leur mieux pour continuer à chanter malgré l’émotion provoquée par cette surprise. Mais la plus perturbée par l’apparition de la vedette québécoise, c’était sans conteste leur enseignante de musique, Heather Carrier : Michel Rivard est en effet l’un de ses chanteurs préférés. À lire en page 5.

Familles d’accueil : aider sans déraciner

À Terre-Neuve-et-Labrador, les services sociaux font face à un manque général de familles d’accueil pour les enfants retirés de la garde de leurs parents. Mais pour les communautés Innus et Inuits, cette pénurie se fait encore plus durement sentir : beaucoup d’enfants issus de ces communautés du Labrador sont placés dans des familles de Terre-Neuve, à des centaines de kilomètres de chez eux et dans une culture nouvelle pour eux. En page 8, Sophie Tremblay Morissette, « maman » d’accueil, à Nain, au Labrador, témoigne de cette réalité pour les Inuits. En page 9, Jack Penashue, directeur de la santé et des affaires sociales de la Première nation Innu Sheshatshiu, au Labrador, raconte les démarches menées afin que les enfants fragilisés des communautés de Sheshiatshiu et Natuashish puissent recevoir de l’aide sans être coupés de leur culture et des contacts avec leur famille. 

 

À lire aussi dans ce numéro 

Casper, mon smartphone et les coupures de courant – Page 2

« Qui s’y frotte, s’y pique »… – Page 4

De la grande visite pour les 150 ans de la Confédération – Page 6

Haïti, l’heure des adieux – Page 10

Deux prix pour les enfants de Port-au-Port – Page 11

De la télé pour les vacances de Pâques – Page 12

Petit Gaboteur – Jeux d’oeufs de Pâques – Page 13

Stéphanie Bowring raconte Terre-Neuve en baladodiffusion – Page 15

La Société Nationale de l’Acadie demande des excuses à la CBC – Page 15

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *